jeudi 31 mars 2022

Duende ! par lovemusic: poèmes, chansons et création sous le signe de Lorca

 Le Festival Arsmondo suit son chemin sur la route des tsiganes et sous le signe de l'Espagne. La soirée Duende !  proposée par lovemusic à la salle Ponnelle de l'Opéra du Rhin est placée sous l'étoile (et la lune) de Federico Garcia Lorca, poète né en 1898 e assassiné en 1936 par les franquistes près de Grenade. Le poète était aussi musicien et il a, avec Manuel de Falla, rassemblé des chansons du flamenco traditionnel et développé le Cante Jondo (la chanson profonde) et composé des airs de flamenco, dont nous aurons un aperçu avec Marion Tassou, soprano, accompagnée par Christian Lozano à la guitare. 

Arsmondo tsigane - Duende! - lovemusic - Photo: lfdd

Le programme débute par une introduction au Duende, cet état d'esprit indéfinissable qui procède à la fois de l'intuition, du corps et du "son noir". Il est aussi question d' "ange". Le comédien de l'école du TNS Yannis Bouferrache nous lit ce texte et ponctuera le concert avec les poèmes de Lorca dont nous découvrons la poésie merveilleuse et profonde. Michelle Agnes Magalhaes a écrit en 1979 Lorca Fragments dont les cinq éléments Sonidos neros - justement des sons noirs "grattés" par les cinq interprètes de lovemusic: Emiliano Gavito à la flûte, Adam Starkie à la clarinette, Emily Yabe au violon, Lola Manique au violoncelle et Christian Lozano à la guitare.  L'ange justement,  aérien et tenu en longueur, Lyrique, tout en vibrations et glissandos, Masques pièce festive, et Prosodique, comme une langue" où la clarinette basse lance sa plainte alors que les autres instruments jouent des sons courts et la clarinette conclut avec sa petite mélodie.


Arsmondo tsigane - Duende! - lovemusic - Photo: lfdd

Pour les Canciones espanolas antiguas de Lorca, nous passons de La Tarara, un air enjoué, vieille chanson pour les enfants où Marion Tassou montre toute sa puissance mais finit toute en retenue. Suit Anda Jaleo, une chanson bien dansante et entraînante, l'histoire d'un chasseur qui cherche sa bien-aimée et ne veut pas tuer une colombe, chanson qui fut reprise par la résistance espagnole. El cafe de chinitas est une belle ritournelle qui virevolte et la Sevillanas del signo XVIII une séguedille castillane très dansante.


Arsmondo tsigane - Duende! - lovemusic - Photo: lfdd

Michelle Agnes Magalhaes avec 4 canciones espagnolas fait un arrangement cette fois-ci pour flûte, clarinette, violon, guitare et voix des chansons de Federico Garcia Lorca Las Morillas de Jaén pleine de sous-entendus, la courte pièce Nana, la sautillante Zorongo toute en pizzicatos et frappe des archets et pour finir la Nana de Sevilla, une berceuse tsigane comme une valse lente.


Arsmondo tsigane - Duende! - lovemusic - Photo: lfdd


Après Cancion de la muerte pequena, nous passons à  Canciones espanolas antiguas  de Manuel de Falla avec trois chants populaires, Jota et Asturiana, chansons du nord de l'Espagne et Polo, une chanson de vengeance, toujours magnifiquement interprétées par Marion Tassou accompagnée par Christian Lozano, presque gitan à la guitare.


Arsmondo tsigane - Duende! - lovemusic - Photo: lfdd


Suit un très beau poème Romancero Gitanol'histoire d'un enfant qui dialogue avec la lune, et d'un gitan et la soirée s'achève avec une création de Michele Abondano Ya no soy yo (Je ne suis plus moi), commande de lovemusic. La pièce s'inspire du poème de Federico Garcia Lorca Romance Sonambulo et montre l'arrachement au corps du personnage féminin, à force d'attendre son amour. Le dispositif musical voit les instruments à cordes (violon, violoncelle, guitare posées sur des tables et les cordes frotées ou triturées et les vents bouchés ou plongés dans un bocal d'eau pour émettre des glou-glous, tandis que les interprètes chuchottent des bouts du poème.  Une très belle réinterprétation de Lorca.


La Fleur du Dimanche.


samedi 26 mars 2022

La Seconde Surprise de l'Amour de Marivaux au TNS: Glissement progressif des larmes au rire et à la joie

 Le vocabulaire nous a prévenu, nous allons assister à une pièce de Marivaux. Mais que l'on ne s'y trompe, le mot est, au mieux, simplifié, au pire perverti. D'ailleurs, connaissez-vous le prénom de Marivaux ? Eh oui, on croit connaître l'écrivain mais il se cache derrière ce nom simplifié comme un pseudonyme, car, je ne vous fais pas languir plus avant, son vrai nom est: Pierre Carlet, de plus, il change de nom en entrant à la faculté de droit et devient Pierre Decarlet. Et il signe (enfin) Carlet de Marivaux, et son nom grossit encore d'un nom de famille de son cousin maternel avec Chamblain pour arriver à Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux. 


La seconde surprise de l'amour - Marivaux - Alain Françon - TNS - Photo: Jean-Louis Martinez


Mais restons-en à Marivaux et ses marivaudages, autre piège à langage. Ne les prenons pas pour des badinages, ce sont choses sérieuses et même choses très sophistiquées autant dans la forme que dans le fond, dans le style et la grammaire que dans le sens. Effectivement, cela peut nous chatouiller les oreilles d'entendre des subjonctifs passés et des tournures de phrases archi-sophistiquées. Mais rendons grâce à Alain Françon qui dompte ce texte et ses soubresauts, de même que ses glissements en flots maîtrisés comme l'on dompterait des chevaux fougueux. 


La seconde surprise de l'amour - Marivaux - Alain Françon - TNS - Photo: Jean-Louis Martinez


Grâce soit rendue également aux comédiennes et comédiens, surtout Georgia Scalliet qui interprète magistralement dans la douleur, les pleurs et la joie et les rires, cette Marquise éplorée, veuve inconsolable qui se laisse rapter par Amour inattendu qui lui fond dessus. De même pour Pierre-François Garrel, qui campe un chevalier démoralisé, puis déboussolé en passant par des sentiments contradictoire mais néanmoins humains d'amitié et de perte de maîtrise de soi. De son côté, la silhouette altière du Comte, joué avec une grâce diaphane par Alexandre Ruby, par qui le danger arrive par le jardin et qui cristallise les rebondissements est dans un juste décalage. Idem pour Monsieur Hortensius, le "pédant", interprété par Rodolphe Congé avec le docte sérieux totalement hors de propos et ridicule par son décalage, reflet de la critique des "Anciens" dont le "Moderne" Marivaux fut un fervent partisan. 


La seconde surprise de l'amour - Marivaux - Alain Françon - TNS - Photo: Jean-Louis Martinez


N'oublions pas Lisette, la suivante de la Marquise, magnifique et  ductile Suzanne de Baecque qui, même si son langage est celui d'une soubrette, sa parole n'en a pas mois de force et c'est sa "rétorique" et ses "arguments" qui va mener - et amener - à la fois les rebondissements et surtout les chavirements de coeur pour arriver à cette "seconde" surprise de l'amour qui va frapper sa maîtresse et le Chevalier inconsolable. Nous avons gardé pour la fin, puisque c'est lui qui l'a, le "mot de la fin", Lubin, le valet du Chevalier pour qui la devise pourrait être "parlons peu, agissons", car c'est lui qui pour arriver à ses fins avec Lisette va être la cause de ce grand chamboulement des sentiments.


La seconde surprise de l'amour - Marivaux - Alain Françon - TNS - Photo: Jean-Louis Martinez


Mais pour y arriver, effectivement, tout cela doit se passer par des dits et des non-dits, des phrases et des tournures échangées et triturées, qui, par glissement et surprises - lapsus aussi pourrait-on dire - vont mettre en place un jeu de cache-cache de l'amitié et de l'amour qui se montre sans qui l'on puisse l'énoncer. Et ceux qui se jurent amitié vont se retrouver rivaux puis ma-riés et ravaudés. 


La seconde surprise de l'amour - Marivaux - Alain Françon - TNS - Photo: Jean-Louis Martinez


Le décor de Jacques Gabel, avec ces deux perrons face à face qui permettent ces échanges multiples et répétés, le bassin, miroir de l'introspection et le jardin avec la forêt symbolique qui pourrait être le refuge du "ça" psychanalytique apportent la dynamique de l'action. Et la mise en scène - et le jeu des acteurs - qui occupant ces quelques marches qui descendent vers nous spectateurs pour nous prendre à témoin, mieux encore, nous inclure et nous englober dans le déroulement de l'action, dans les réflexions et questionnements des personnages, pour dédoubler notre surprise, nous rendre témoins actifs de ce jeu et nous faire passe des larmes au rire et au plaisir et, finalement d'obéir à Lubin qui conclut ainsi

"Allons, de la joie!"

Et nous ne pouvons qu'acquiescer!


La Fleur du Dimanche


La Seconde Surprise de l'Amour

TNS - Strasbourg - du 24 mars au 1er avril 2022

Texte Marivaux
Mise en scène Alain Françon
Avec Thomas Blanchard, Rodolphe Congé, Suzanne De Baecque, Pierre-François Garel, Alexandre Ruby, Georgia Scalliet
Dramaturgie et assistanat à la mise en scène David Tuaillon
Décor Jacques Gabel
Lumière Joël Hourbeigt
Costumes Marie La Rocca
Musique Marie-Jeanne Séréro
Chorégraphie Caroline Marcadé
Coiffures et maquillages Judith Scotto
Son Léonard Françon
Habillage, suivi coiffures Charlotte Le Gal
Le décor est en partie construit dans les Ateliers du Théâtre du Nord
Spectacle créé le 23 septembre 21 au Théâtre du Nord − Centre dramatique national

vendredi 25 mars 2022

mauvaise de debbie tucker green au tns: le silence pesant des chaises musicales

debbie tucker green est une autrice et réalisatrice britanique qui écrit essentiellement pour le théâtre. Son engagement va jusqu'à refuser les majuscules pour son nom et le titre de ses pièces. Au TNS, Sébastien Derrey qui fut le dramaturge de Claude Régy a mis en scène la traduction française de sa pièce "born bad" (née mauvaise) intitulée "mauvaise". L'histoire d'origine qui se passe dans une famile jamaïcaine a été traduite par Gisèle Joly, Sophie Magnaud et Sarah Vermande, travail qui s'est continué jusqu'aux répétitions. Et on le comprend parce que cette pièce est presqu'un opéra rap, tant la parole, et même les silences, sont primordiaux.


mauvaise - debbie tucker green - TNS - Photo: Christophe Raynaud de Lage


Le jeu des comédiens, que ce soit dans leur diction - remarquable Lorry Hardel (fille) qui impose son "flow" et Océane Caïrity (Soeur 2) qui ne se laisse pas conter que de l'incarnation de leur personnage, par exemple, le père "P'pa" (Jean-René Lemoine) "taiseux" -  il n'a que deux répliques, dont un "tais-toi là" mais son silence est criant, ou la mère "M'man" (expressive de douleur Nicole Dogué) qui a abdiqué la parole et qui ne peut que crier silencieusement à la fin de la pièce. Ou encore la soeur cadette "Soeur 1" (Bénédicte Mbemba, très juste dans son rôle) ou le frère "Frère" (Josué Ndofusu Mbemba), toujours sur la tangeante.


mauvaise - debbie tucker green - TNS - Photo: Christophe Raynaud de Lage


La pièce est effectivement à la fois cette écriture du silence et cette musicalité du texte qui se déverse, envahit l'espace, se cogne et se superpose dans les paroles non écoutées qui s'entrechoquent et tombent comme des uppercuts, ou non dites, mais dont le non-dit est énorme et poignant. Parce que tout ce qui n'est pas dit est encore plus violent que ce qui est exprimé. Et c'est là-dessus que point e la pièce. Ces mots qui ne seront jamais dits mais que l''on sent et qui font très mal, qui, comme le note Sébastien Derrey: "Ce qui n'est pas dit est le plus parlant".....
"debbie tucker green utilise le silence ou le double langage comme capacité de résistance, comme capacité de communiquer et de signifier, et dans la pièce la fratrie utilise tout le temps ces silences et cette manière de se parler à demi-mot sans que les autres comprennent. C'est en ça que Lea Sawyers me disait que c'est un «silence noir ».


mauvaise - debbie tucker green - TNS - Photo: Christophe Raynaud de Lage


Et c'est en fait le public qui sera touché par ce silence et ce "bruit":
Et le rap, c’est «du bruit qui pense», comme dit le rappeur Médine. Je crois que debbie tucker green partage la même volonté de ne pas être compréhensible immédiatement, mais au contraire de faire un maximum de bruit, faire du sale avec la langue. Lui redonner une étrangeté, une sensualité, une éloquence, une force. .... Boxer avec les mots pour attaquer le silence. La majorité silencieuse, d’abord, celle constituée sur le plateau par cette famille. Ensuite, celle tout autour. On peut fermer les yeux, détourner le regard de ce qu’on ne veut pas voir, mais on ne peut pas fermer les oreilles aussi facilement."


mauvaise - debbie tucker green - TNS - Photo: Christophe Raynaud de Lage


C'est ce jeu qui fait monter en tension tout au long de la pièce jusqu'au dénouement, mais c'est aussi la dramaturgie et la scénographie - ces "blackouts" qui coupent littéralement l'action et les phrases dites - et la dramaturgie de ces chaises "musicales" qui apparaissent au fur et à mesure de l'avancement de la pièce avec les personnages assis dessus, le père, seul, en premier. Et une chaise reste toujours vide jusqu'à ce qu'il y en ait une qui disparaisse. La "fille" sera toujours debout jusqu'au moment où on l'enjoindra de s'assoir à une place "stratégique", place qu'elle va "pervertir" pour se libérer, dénouer l'histoire. 
Construite comme un procès, c'est plutôt à une enquête, la résolution d'un crime énorme auquel nous assistons, prisonniers de l'avancée des recherches et des interrogations de la "Fille" qui nous tient à la fois en haleine mais surtout nous emporte dans ce voyage vers cette horreur indicible qui surgit.


La Fleur du Dimanche



Au TNS Strasbourg, du 21 au 31 mars 2022

Texte debbie tucker green
Traduction de l’anglais Gisèle Joly, Sophie Magnaud, Sarah Vermande
Mise en scène Sébastien Derrey
Avec
Océane Caïraty − Sœur 2
Nicole Dogué − M'man
Lorry Hardel − Fille
Jean-René Lemoine − P'pa
Bénédicte Mbemba − Sœur 1
Josué Ndofusu Mbemba − Frère
Collaboration artistique Nathalie Pivain
Scénographie Olivier Brichet
Lumière Christian Dubet
Son Isabelle Surel
Coaching vocal Émilie Pie
Costumes Elise Garraud
Régie Générale Pierre Setbon
Administration Silvia Mammano
Diffusion Nacéra Lahbib

Production compagnie migatori K. merado
Coproduction MC93 — Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis, Théâtre National de Strasbourg, T2G − Théâtre de Gennevilliers − Centre dramatique national
Avec l’aide de la DRAC Île-de-France − ministère de la Culture et la Région Île-de-France 
Action financée par la Région Île-de-France
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
Avec le soutien du Fonds d’insertion pour jeunes artistes dramatiques, de la DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la SPEDIDAM et du Studio-Théâtre de Vitry 

Spectacle créé le 11 novembre 2020 à la MC93 — Maison de la Culture de la Seine-Saint-Denis à Bobigny.

lundi 21 mars 2022

Arsmondo Tsigane avec Accroche Note: Voyage en musique de Chambre de l'Est à l'Ouest

 Le Festival Arsmondo poursuit sa route en suivant la culture tsigane et c'est l'occasion pour l'ensemble Accroche Note de tisser des liens d'Est en Ouest dans une formation de duos et de trios, et même un solo de cymbalum, instrument traditionnel tsigane. 

Arsmondo Tsigane - Accroche Note - Cymbalum - Photo: lfdd


C'est la pièce La cules de cucuruz, un air folklorique roumain dans la version d'un des plus grand joueur de cymbalon Toni Iordache - il était surnommé le Dieu (ou le Paganini) du cimbalon. Sur un petit cymbalum, Aleksandra Dzenisenia nous offre une démonstration de sa virtuosité dans la frappe de ces cordes croisées avec ses mailloches, alternant avec un jeu de cordes pincées reprenant une mélodie dansante. Auparavant, c'était sur un cymbalum de concert dont la caisse est ornée de gravures en bas-relief qu'elle accompagnait  Françoise Kubler pour les Scènes de village de Béla Bartok. Entre énergie et nostalgie, la soprano nous chante ces quatre airs folkloriques recueillis dans la campagne slovaque dans les années 1920 par le musicien hongrois et qui finissent en cris stridents dans une danse échevelée. 

Arsmondo Tsigane - Accroche Note - Cymbalum - Photo: lfdd

Avec Sholem Aleikhem, Row Feideman, une pièce que Béla Kovacs a dédiée au clarinettiste israelien Giora Feidman,  Armand Angster, le deuxième pilier fondateur de l'ensemble Accroche Note nous fait une démonstration de sa qualité de clarinettiste virtuose. Et c'est Marie-Andrée Joerger qui accompagne ses trilles de son accordéon dansant. Cet air typiquement yidish apporte le bonheur, comme le titre (Que la paix soit avec vous) le promet.

Avec les Chansons populaires espagnoles de Manuel de Falla, dont nous avions vu et entendu l'Amour Sorcier, ce sont trois chansons populaires interprétées avec brio par Françoise Kubler et qui naviguent entre tristesse et énergie. L'accordéon de  Marie-Andrée Joerger remplace remarquablement la guitare, comme c'était le cas pour le petit ensemble de chambre de l'Amour Sorcier

Suit une pièce d'Olivier Urbano, Bethléem Dolores, composée à l'occasion du siège de la basilique de la Nativité à Bethléem en 2002. La pièce, pour clarinette et accordéon démarre par des lamentations et des plaintes, sourdes et lentes avant de monter en puissance et  de se développer en musique répétitive puis de s'éteindre dans un souffle ténu.

Pour les Airs bohémiens de Pablo de Sarasate,  nous avons un duo accordéon et cymbalum où la mélodie jouée au cymbalum résulte de frappes répétées et rapides qui tiennent les notes. 

Arsmondo Tsigane - Accroche Note - Opéra du Rhin - Photo: lfdd


Le concert s'achève avec cinq airs des Folk Songs de Luciano Bério pour lesquels un arrangement pour soprano, clarinette et accordéon a été réalisé par l'Accroche Note. Et de la France au pays méditérranéens, nous avons encore la démonstration de la palette de cet ensemble à géométrie variable dont la chanteuse a été l'élève de Cathy Berberian, l'épouse de Bério.


Arsmondo Tsigane - Accroche Note - Opéra du Rhin - Photo: lfdd 


Et tout finit par un rappel avec Les Yeux noirs, chanson tsigane qui conte la beauté de ces yeux de perdition:

Dans tes grands yeux noirs
Je me suis perdu
J'attends un regard
Le cœur suspendu
Je t'aime tellement fort
Toi qui me fais si peur
Est-ce un mauvais sort
Ou la mauvaise heure
Et autour de nous
Chantent les tziganes
Tout le monde s'en fout
S'enivre au champagne
Dans tes beaux yeux noirs
Je sombre, mon amour
Et mon désespoir


La Fleur du Dimanche

mardi 15 mars 2022

Arsmondo Tsigane: Le Journal d'un disparu - Amour Sorcier: Le miroir inversé de l'amour

 Après, entre autres pays le Japon et l'Argentine, le Festival Arsmondo suit cette année la piste des tsiganes et propose des films, des concerts de jazz manouche et de flamenco. Une installation également dans les jardins de la HEAR avec la caravane du plasticien Romuald Jandolo qui réactive son enfance nomade. Et surtout une très belle exposition de la photographe Jeannette Grégori qui partage depuis des années à Strasbourg et ailleurs (entre autres aux Saintes Maries de la Mer) la vie quotidienne des manouches et des tsiganes à voir au Lieu d'Europe au début de la Robertsau. C'est elle qui a réalisé cette très belle photo de la fille du vent qui illustre l'affiche du Festival. 

La fille du vent - Photo: Jeannette Grégori

Quelques-unes de ses photos illustrent également le programme de l'Opéra National du Rhin, et de cette première soirée consacrée à deux oeuvres en miroir que sont Le Journal d'un disparu de Leos Janacek et L'Amour sorcier de Manuel de Falla.

La soirée est à l'image du décor de Paul Steinberg,  avec ses deux pans de fond de scène qui se répondent dans un rouge qui n'est pas exactement le même, soit plus rosé, soit plus mauve ou violet. Ainsi les chorégraphies de Manuel Linan avec le souffle et les gestes du flamenco stylisé, intériorisés pour la pièce de Janacek et expressifs et exubérants, puissants pour Manuel de Falla.

Il est vrai que, même si les deux livrets parlent de tsiganes, celui basé sur les poèmes d'un paysan tchèque, tombant amoureux d'une tsigane qui rode autour de sa maison et quittant tout pour la suivre pour ne pas avoir à subir les foudres de sa famille et de son entourage ne raconte pas la même histoire que celui qui raconte les manoeuvres d'une gitane essayant d'envoûter son amour parti pour le faire revenir.

Musicalement aussi, la composition de Janacek puise ses racines dans la culture populaire et se présente plutôt comme une cantate - la première version était sous forme de Lieds avec piano - et pour cette représentation,  Arthur Lavandier l'a réorchestré pour en petit ensemble de chambre,  deux voix: Magnus Vigilius (ténor) et une mezzo-soprano (Josy Santos, très belle voix, très claire, à Strasbourg et Adriana Bignagni Lesca à Mulhouse) et un choeur. Un très bel équilibre entre les parties chantées et l'orchestre dirigé par le chef polonais Lucas Borowicz. A noter un interlude (le N° 13) uniquement musical qui décrit un épisode "érotique" (terme à replacer au début du 19ème siècle) dont la chorégraphie peut être comparée à la version "Amour Sorcier"... Soulignons à ce propos la haute qualité des sept danseurs qui ponctuent les deux pièces, avec une atmosphère différente, mais toujours avec les même costumes inventifs de Doey Luthy: pantalons collants noirs, dénudant des parties du corps, un tutu rose échappé, des robes noires à volants qui leur seyent à merveille et des hauts noirs, quelques rubans de tissus qui font plumes de coq noir et de grands châles noirs qui virevoltent, couvrent et découvrent les corps.

La fille qui rêve - Photo: Jeannette Grégori


Ce noir qui enflamme le coeur du pauvre paysan mais surtout qui brûle tout et tout le monde de son énergie pour L'Amour Sorcier de Manuel de Falla. La musique est puissante, bien que la version choisie est la première version, également pour petit orchestre de chambre et cantaora. Rocio Marquez souffrance ayant été remplacée "au pied levé" par Esperanza Fernandez qui a assumé à merveille cette prise de rôle. Elle enchaîne avec brio les airs  - "chanson du coeur brisé" ou "chanson du Pêcheur"  ou "chanson du feu follet" - ou les danses jusqu'à l'aube où retentissent les cloches pour célébrer l'amour revenu. Une soirée qui prouve que par delà les frontières et les pays, la question de l'amour peut unir, la musique aussi, et la danse avec leur langage commun.


La Fleur du Dimanche



Journal d'un disparu - L'Amour Sorcier


du 15 au 24 mars à Strasbourg

le 1er et 3 avril à Mulhouse 

Zápisník zmizelého
Cycle de 22 mélodies sur des poèmes anonymes (attribués à Josef Kalda).
Créé au Palais Reduta de Brno le 18 avril 1921.
Nouvelle orchestration d’Arthur Lavandier.

El amor brujo
Gitanerie musicale en 16 tableaux pour orchestre
de chambre et cantaora (première version).
Créée au Teatro Lara de Madrid le 15 avril 1915.

Distribution

Direction musicale: Łukasz Borowicz
Mise en scène: Daniel Fish
Chorégraphie: Manuel Liñan
Décors: Paul Steinberg
Costumes: Doey Lüthi
Lumières: Stacey Derosier
Vidéo: Joshua Higgason
Chef de chœur: Alessandro Zuppardo
Chœur de l'Opéra national du Rhin, Orchestre symphonique de Mulhouse

JOURNAL D’UN DISPARU - Leoš Janáček

Nouvelle orchestration: Arthur Lavandier
Janik: Magnus Vigilius
Zefka pour les représentations à Strasbourg: Josy Santos
Zefka pour les représentations à Mulhouse: Adriana Bignagni Lesca

L'AMOUR SORCIER - Manuel de Falla

Candelas: Esperanza Fernandez
Les Artistes
Danseur - Chorégraphe: Manuel Liñan
Danseurs: Miguel Heredia, Hugo Lopez, Jonatan Miro, Daniel Ramos, Adrián Santana, Yoel Vargas

vendredi 11 mars 2022

Les Frères Karamazov au TNS: Au nom du Père, de Dieu et de l'Amour

 Sylvain Creuzevault adapte pour le théâtre Les Frères Karamazov, le dernier roman de Fédor Dostoïevski, plus de mille pages, un des chefs-d'oeuvre de la littérature russe sinon mondiale dans une traduction d'André Markovikz dans une mise en scène ébouriffante et décoiffante. 


Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


Une moniale aguichante (Blanche Ripoche) nous accueille en lever de rideau sur la scène en psalmodiant sur une musique interprétée en direct par Céline Hélary (flûte et piano) et Antonin Rayon (piano et synthétiseurs) alors que sur le rideau de scène défile le résumé du contexte: Le père Fiodor Karamazov qui, après avoir totalement oublié, abandonné ses enfants, Dmitri, l'ainé, d'un premier mariage (le vibrionnant Vladislav Galard), Ivan, le faux sérieux (Sylvain Creuzevault himself) et le cadet Alexei, dit Aliocha (Arthur Igual pince-sans-rire) qui s'est retiré comme novice dans un monastère. C'est d'ailleurs dans ce monastère que s'ouvre la pièce, dans un décor qui fait plutôt dans la suggestion de l'ambiance avec un espace circonscrit de palissades blanches où s'ouvrent de temps en temps des portes ou des interstices laissant apparaître les protagonistes.

 

Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


Et c'est entre le starets, patriarche de ce monastère (hiératique Sava Lolov) et le père Karamazov (Pétulant Nicolas Bouchaud) qui lance la machine à bride abattue. Et le rythme ne faiblit pas et les rebondissements et volte-face se succèdent, les embrouilles familiales, les problèmes d'argent, les questions d'amour, de fidélité, l'amour-propre, l'honneur, la jalousie, la honte, la commisération, les stratégies et retournements, tout et son contraire se déroule sous nos yeux, balançant entre sérieux désespoir et comique. 


Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


Que ce soit des questions de foi ("Si Dieu est mort, tout est permis"), de relations filiales et familiales ("Pères, n'exaspérer pas vos enfants") ou pour l'amour et la jalousie - magnifiques scènes à rebondissements entre autres dans les relations avec Katerina Ivanovna (également Blanche Ripoche, supérieure)  impitoyable. Ou encore celle avec Grouchenka (Servane Ducorps inénarrable de naturel branché) que ce soit entre elle et son adversaire féminine, ou avec les deux frères Dmitri le versatile et Alexei le naïf pour ne pas dire le niais.  Nous assistons donc à toute une variété de situations qui interrogent la foi, l'amour, le pardon, le sacrifice, la vengeance pour aboutir.... à un meurtre!


Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


Entracte: Et pour rester dans la philosophie de la pièce où tout aboutit à son contraire, l'entracte n'en est pas un puisque l'on assiste à un tableau de présentation des hauts-faits du tsarets et un concert puis l'on entonne des chansons en partageant des bières.


Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


La deuxième partie se déroule d'abord derrière un mur de verre dans une ambiance un peu psychédélique puis l'on assiste à un simulacre de procès (c'est le meurtre du père) avec reportage retransmis sur des télévisions dans un décor glacial - il fait moins 7 degrés, la neige, le givre recouvre les manteaux. Le (faux) coupable sera condamné suite à un témoignage favorable et le (vrai) coupable se suicidera, révélant que comme les Mousquetaires, les Frères Karamazov étaient bien quatre. Et la pièce s'achève par la cérémonie de l'enterrement de l'enfant du pauvre Snéguériov (Frédéric Noaille) qui est mort pour avoir intériorisé et assumé la honte de l'affront que l'on a fait à son père.


Les Frères Karamazov - Sylvain Creuzevault - Photo: Simon Gosselin


On notera que la mise en scène de Sylvain Creuzevault met en lumière dans ce spectacles les thèmes et les questions soulevés par Dostoïevski  qui présagent l'avenir, que ce soit la question de la foi et de l'athéisme, du pouvoir et du communisme. Et l'on peut aussi noter que, par rapport au meurtre du père et aux questions de transfert, très peu de temps après - le roman est paru en feuilleton de 1879 à 1880 - Freud fonde la psychanalyse avec la théorie du transfert à la fin du dix-neuvième siècle. Et tout cela avec un humour magistral.


La Fleur du Dimanche        


Les Frères Karamazov

Au TNS du 11 au 19 mars 2022


D’après Fédor Dostoïevski
Traduction André Markowicz
Adaptation et mise en scène Sylvain Creuzevault
Avec Nicolas Bouchaud, Sylvain Creuzevault, Servane Ducorps, Vladislav Galard, Arthur Igual, Sava Lolov, Frédéric Noaille, Blanche Ripoche, Sylvain Sounier
et les musiciens Sylvaine Hélary, Antonin Rayon
Dramaturgie Julien Allavena
Scénographie Jean-Baptiste Bellon
Lumière Vyara Stefanova
Musique Sylvaine Hélary, Antonin Rayon
Son et régie générale Michaël Schaller
Vidéo et régie plateau Valentin Dabbadie
Maquillage Mytil Brimeur
Masques Loïc Nébréda
Costumes Gwendoline Bouget
Régie lumière Jacques Grislin
Production Le Singe
Coproduction Odéon - Théâtre de l’Europe, Festival d’Automne à Paris, Théâtre national de Strasbourg, L’Empreinte - scène nationale Brive/Tulle, Théâtre des 13 vents - centre dramatique national de Montpellier, Théâtre de l’Union - centre dramatique national de Limoges, La Coursive - scène nationale de La Rochelle, Bonlieu - scène nationale d’Annecy
Avec le soutien de l’OARA (Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine)
La compagnie est soutenue par le ministère de la Culture / DRAC Nouvelle-Aquitaine
Administration de tournée Anne-Lise Roustan
Production et diffusion Élodie Régibier
Nicolas Bouchaud est acteur associé au TNS
Les Frères Karamazov de Fédor Dostoïevski, traduction André Markowicz, est publié aux éditions Actes Sud, 2002
Spectacle créé le 20 cotobre 2021 à l'Odéon-Théâtre de l’Europe

PINOCCHIO (LIVE) #2 aux Giboulées de la Marionnette: La fabrique de pantins vivants

 Le mythe de Pinochio revu au goût du jour. 

Tout commence comme dans une cour de récréation dans PINOCCHIO (LIVE) #2 d'Alice Laloy et sa compagnie "S'appelle reviens". Dans la salle de concert du Palais des Fêtes rénové - je n'ai pas souvenir qu'il y ait eu une inauguration de cette salle depuis les travaux de rénovation - les spectateurs sont assis en rangées face à face et un genre de locomotive "musicale" sur laquelle des gamins discutent bruyamment est poussée sur le plateau entre les spectateurs avec cloches et percussion. 

Pinochchio (Live) #2 - Alice Laloy - Photo: Jean-Louis Fernandez


Brusquement le silence se fait, des battements repris par les enfants rythment la procession de dix personnages en blouse grise qui poussent sur ses roulettes un appareillage avec une planche à laquelle est accrochée, entre autres, une  chaise à l'envers. S'ensuit, après trois petits tours l'installation de ce qui ressemble à un établi, table à dissection dans un beau désordre organisé. Cela assemble et frappe à grand coups de maillets en bois et la tâche achevée, nouvelle procession stoïque et hiératique avec ces tables à roulette.

Pinochchio (Live) #2 - Alice Laloy - Photo: Jean-Louis Fernandez


Et surprise, ces dix établis vont recevoir chacun un enfant habillé d'un genre de barboteuse de bébé, jambes et bras nus. Et l'on va assister à la fabrique des pantins en direct live. Les dix "artisans" dans leur blouse grise vont s'affairer chacun(e) de leur côté pour "fabriquer" dix pantins avec leurs ficelles de marionnette. Etrange moment où l'on assiste à la naissance de ces jeunes corps qui deviennent d'étranges objets inanimés tout en ayant encore apparence humaine. Les différentes étapes de cette transformation sont assez originales et quelquefois surprenantes. Une distance se crée et nous recherchons les enfants que nous avions vu arriver sous cette transformation.  

Pinochchio (Live) #2 - Alice Laloy - Photo: Paulina Pisarek


Une nouvelle procession - présentation de ces créatures amène leur installation en rond sur les chaises au centre de la scène. S'ensuit une magnifique séance de "lâcher-prise" où l'on admire la parfaite maîtrise de leur corps de ces jeunes interprètes qui glissent de leurs chaises et s'affalent inanimés à terre. Mais ils ne tardent pas à tenter de revivre par soubresauts et jaillir en l'air, dans des gestes cherchant à se tenir debout, mais sans succès. La scène est émouvante, cette volonté d'accéder à un souffle de vie. Finalement, ça y est, dans des gestes gauches, les yeux faussement ouverts, tous se redressent et expérimentent un semblant d'existence, tout d'abord chacun sans sa bulle pour finalement tenter la relation et se retrouver dans une énergie de groupe.... Et retrouver chacun leur créateur qui les délivre de ce simulacre de conte de fée auquel nous avons nous aussi cru...


La Fleur du Dimanche 


PINOCCHIO (LIVE) #2

Dans le cadre des Giboulées de la Marionnette du TJP - Centre Dramatique National

Au Palais des Fêtes à Strasbourg - vendredi 11 mars 18h30 - samedi 12 mars 11h00


CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE ALICE LALOY  
COMPOSITION SONORE ÉRIC RECORDIER 
CHORÉGRAPHIE CÉCILE LALOY, ASSISTÉE DE CLAIRE HURPEAU  
CONSEIL ET REGARD CONTORSION LISE PAUTON ET LUCILLE CHALOPIN 
SCÉNOGRAPHIE JANE JOYET 
COSTUMES ORIA STEENKISTE, CATHY LAUNOIS ET MAYA-LUNE THIEBLEMONT 
ACCESSOIRES BENJAMIN HAUTIN, MAYA-LUNE THIEBLEMONT ET ANTONIN BOUVRET 
RÉGIE GÉNÉRALE ET LUMIÈRE  JULIENNE ROCHEREAU 
RÉGIE SON LUCAS CHASSERE 
AVEC LES ENFANTS-DANSEUR·EUSE·S DU CENTRE CHORÉGRAPHIQUE DE STRASBOURG ET LES ÉTUDIANT·E·S COMÉDIEN·NE·S DU CONSERVATOIRE DE COLMAR 
ACCOMPAGNÉ·E·S PAR LES PERCUSSIONNISTES NORAH DURIEUX ET ELLIOTT SAUVION LALOY 
PRODUCTION, ADMINISTRATION, COORDINATION ET COMMUNICATION SOTIRA DHIMA, THOMAS CLÉDÉ, JOANNA COCHET ET ROMANE BRICARD

jeudi 10 mars 2022

Jan Martens au Maillon: Un énorme soulèvement des un(e)s et des autres

 Avec "Any attempt will end in crushed bodies and shatterred bones" du Flamand Jan Martens présenté au Maillon avec Pôle Sud CDCN, le spectacle est grandiose. Le plateau, immense, est marqué de quadrillages et de lignes de fuites en diagonale et un énorme écran blanc fait office de fond de scène.


Any attempt will end in crushed bodies.. - Jan Martens - Maillon - pôle Sud - Photo: Phile Deprez

Un danseur vient se poser dans cette immensité au centre jardin et tout peut commencer. La musique d'Henryk Gorecki (le concerto pour clavecin et cordes, clin d'oeil historique à Lucinda Childs ?) emplit l'espace de sa puissance répétitive et de sa vitesse. L'énergie du danseur remplit l'espace, ses gestes balayent les airs, ses mains, ses bras remuent la musique de toute ses forces.  Seul dans son carré, il incarne pendant les presque dix minutes que dure le morceau cette musique et l'espace avec bravoure. Deux autres danseurs le relayent et après ce seront quatre. Chacun incarnant à sa manière la puissance de cette musique engageante. 


Any atempt will end in crushed bodies.. - Jan Martens - Maillon - pôle Sud - Photo: Phile Deprez

Et puis le silence, dans lequel, les uns après les autres, arrivant et tournant avec juste le bruit de leurs pas dans une procession qui va occuper, explorer et investir l'espace, les danseuses et les danseurs dans toute leur diversité de taille, corpulence, âge, sexe, race et nationalité vont chacun(e) rayonner seul ou dans des groupes qui se forment et se défont dans des géométries que l'on pourrait croire aléatoires mais totalement maîtrisées et qui nous emmènent dans une perception hypnotique de ces formes et de ces mouvements. Une jeune danseuse énonce des carctérisiques différenciatrices et la chanson de Kae Tempest déverse la violence sous-tendue et contre laquelle cette tribu s'insurge. On remet les compteurs à zéro, le plateau se vide et à nouveau les danseurs arrivent un à un, se remplaçant de plus en plus vite.

 

Any attempt will end in crushed bodies.. - Jan Martens - Maillon - pôle Sud - Photo: Phile Deprez

Abbey Lincoln lance son chant de prière, de protestation et de paix avec Max Roach qui l'accompagne à la batterie, dans une parenthèse entre repos et tension. Des tweet violents, sexistes et racistes sont projetés sur l'écran, les danseurs alternent entre les solos, les petits groupes et les vastes mouvements d'ensemble, puis la scène s'éclaire en rouge pendant que les interprètes changent de costumes. Et c'est le grand final, dans de magnifiques costumes rouges, tous uniques et originaux, une double reprise du concerto de Gorecki les interprètes nous interprètent leur chorégraphie dans un feu d'artifice en apothéose en nous laissant pantois et lessivés.


La Fleur du Dimanche 


Any attempt will end in crushed bodies and shaterred bones


Au Maillon à Strasbourg : le 10 et 11 mars 2022 - 20h30

Avec : Ty Boomershine, Truus Bronkhorst, Jim Buskens, Georgia Boddez, Zoë Chungong, Naomi Gibson, Cherish Menzo, Steven Michel, Gesine Moog, Dan Mussett, Wolf Overmeire, Tim Persent, Lia Witjes Poole, Courtney May Robertson, Laura Vanborm, Loeka Willems et Zora Westbroek
Chorégraphie : Jan Martens
Assistante artistique : Anne-Lise Brevers
Lumière : Jan Fedinger
Assistant lumière : Vito Walter
Costumes : Cédric Charlier
Assistants costumes : Alexandra Sebbag et Thibault Kuhn
Regards extérieurs : Marc Vanrunxt, Renée Copraij, Rudi Meulemans et Siska Baeck
Texte : extrait de SPRING d’Ali Smith
Musique : Henryk Górecki, Kae Tempest, Max Roach & Abbey Lincoln Concerto pour Clavecin et Cordes Op 40, Réf Im: 108884 Musique de Henryk Mikolaj Górecki © PWM Editions représenté par Alphonse Leduc Editions Musicales ; People’s Faces de Kae Tempest t Dan Carey © publié et administré par Domino Publishing Company Limited (50%) et MANATA LTD administré par Warner/Chappell Music Belgium N.V. (50%) ; Triptych: Prayer/Protest/Peace de Maxwell Roach © publié par Milma Publishing Company administré par Kobalt Music Publishing Limited.
Direction technique : Michel Spang
Technique : Valentijn Weyn / Bennert Vancottem
Production : GRIP
Chargée de production : Sylvie Svanberg
En collaboration avec : Dance On Ensemble
Diffusion internationale : A Propic / Line Rousseau et Marion Gauvent
Coproduction : DE SINGEL / Theater Freiburg / Sadler’s Wells / Julidans / Festival d’Avignon/ Le Gymnase, CDCN Roubaix Hauts-de-France / Norrlandsoperan / La Bâtie, Festival de Genève / ADC, Association pour la Danse Contemporaine Genève / tanzhaus nrw Düsseldorf / Le Parvis, Scène nationale Tarbes-Pyrénées / La Danse en grande forme – Projet de l’A-CDCN et de l’ACCN : Cndc – Angers / Malandain Ballet Biarritz / La Manufacture, CDCN Nouvelle-Aquitaine Bordeaux La Rochelle / CCN de Caen en Normandie / L’Échangeur, CDCN Hauts-de-France / CCN de Nantes / CCN d’Orléans / Atelier de Paris / CDCN, Collectif Faire / CCN de Rennes et de Bretagne / Le Gymnase, CDCN Roubaix, Hauts-de-France / POLE-SUD, CDCN / La Place de La Danse, CDCN Toulouse Occitanie / Perpodium
Avec le soutien de : De Grote Post, Charleroi danse – Centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles, CCNO, Centre Chorégraphique National d'Orléans eca Théâtre d’Orléans et December Dance – Concertgebouw, CC Brugge
Avec le soutien financier de : le gouvernement flamand, la ville d’Anvers, le Tax Shelter du gouvernement fédéral belge, Cronos Invest
Remerciements : Jean Chabert (Stanley/Stella)

mardi 8 mars 2022

Le jour de la femme, la roses des femmes et les droits d'iels et d'eux

Aujourd'hui, Journée internationale des femmes également appelée journée internationale des droits des femmes j'offre en cadeau une rose pour toutes et tous, comme en 2012 "Journée de la Femme".


Rose  du 8 mars - Photo: lfdd


J'avais déjà offert une rose en 2011, mais le 13 mars et en 2013, c'étaient des primevères pour le 9 mars où je disais "La journée de la Femme doit continuer tous les jours - les fleurs sont pour elle(s)", comme en 2014 où je disais "Fêtons la Femme ou pêchons la truite" et où je citais les "Femen", Femmes d'Ukraine qui essayaient de se libérer du joug de la Russie. Curieusement je n'ai plus célébré ce jour, sauf en 2020 - le 8 mars où j'offrais des TVA sur le "Féminisme" : "Adieux, listes, etc..... Partie 4: Le féminisme ou le fellinisme". TVA sur les femmes et la liberté qui n'arrivent que le 25 avril en 2021 "L'abandon, la méfiance, la liberté, les femmes, vues par... et défendues par...

Pour cette année, je rajoute en TVA un hommage qui a un peu attendu mais qui vaut ce jour et toute la réflexion d'actualité avec un hommage à Edith Bruck, née Steinschreiber, "celui qui écrit sur les pierres. Les pierres tombales" comme elle le dit dans l'article "Le Devoir de Vivre" de Florence Noiville dans le Monde des Livres du 11 février au sujet de la parution de son livre "Le Pain Perdu".

Ce sera un poème qu'elle a écrit en hommage à Primo Lévi dont elle a appris le suicide: "C'est la soeur de Primo, elle m'annonçait son suicide. Cela m'a plongé dans une colère... Il n'avait pas le droit."


Ta figure tutélaire nous manque

nécessaire comme l'eau à l'assoiffé

(...) la lumière au non-voyant.

Notre devoir es de vivre et jamais de mourir!

Pourquoi Primo?


Elle dit "Nos vies ne nous appartiennent pas, elles appartiennent à l'histoire."


Moi, qui porte en moi six millions de morts qui demandent à l'homme de se souvenir

à l'homme qui a si peu de mémoire

pourquoi aurais-je survécu, sinon pour témoigner

avec toute ma vie, chacun de mes gestes, chacune de mes paroles.


Elle dit aussi: "il faudrait des mots nouveaux pour raconter Auschwitz".... ""Patrie", par exemple je ne l'ai jamais prononcé."

"Par amour des patries, les cimetières sont pleins." 

""Haine", ah le mot "haine", si cruellement actuel!"


Rose du souvenir - Photo: lfdd



Quand viendra mon heure

je laisserai en héritage

peut-être un écho à l'homme

qui oublie et continue et recommence.



La Fleur du Dimanche