dimanche 28 avril 2013

Bleu pervenche, blanc cerisier et rouge café... Cela amène-t-il au capitalisme artistique ?

"L'art, disait Camus, est un moyen d'émouvoir un plus grand nombre d'hommes" (voir le texte d'hier et de dimanche dernier), et le "capitalisme artistique" ? 
On en saura plus dans le TVA... en fin de texte.
Tout d'abord quelques pervenches cueillies - photographiquement - sur le bord des chemins la semaine dernière:


Bleue pervenche - Photo: lfdd

Plus loin, dans les champs, les cerisiers aussi étaient en fleurs  - il y a deux ans, ils étaient déjà en fleurs le 10 avril..


Blanc cerisier - Photo: lfdd

Le bleu du ciel fait de l'ombre aux timides pervenche, et le blanc du buisson suivant éclabousse le cerisier...


Ciel Bleu - buisson blanc - Photo: lfdd

Je vous avais annoncé les couleurs du drapeau français, le rouge par contre est dans les étoiles et non dans les fleurs, mais c'est un rouge "original":


Rouge de café - Photo: lfdd

C'est un rouge bouchon plastique qui ravit disait-on autrefois... Pour en revenir aux pervenches avant les TVA, une deuxième photo:


Bleues pervenches - Photo: lfdd


Et le premier TVA promis, un poème d'Alphonse de Lamartine:

La pervenche

Pâle fleur, timide pervenche 
Je sais la place où tu fleuris, 
Au pied des monts, ton front se penche 
Pour mieux charmer nos yeux épris ! 

C'est dans un sentier qui se cache 
Sous ses deux bords de noisetiers 
Où pleut, sur l'ombre qu'elle tache 
La neige des blancs églantiers 

Une source tout près palpite 
Où s'abreuve le merle noir ; 
Il y chante et moi je médite 
Souvent de l'aube jusqu'au soir.


O fleur ! que tu en dis des choses 
A mon amour, quand je reviens, 
Quand tu me parles à lèvres closes, 
Et que mon coeur écoute le tien... 




Bleues pervenches - Photo: lfdd



Pour le deuxième TVA, annoncé en titre "Capitalisme artiste", un extrait de l'interview de Gilles Lipovetsky, sociologue et philosophe, dans Libération du 26 avril. Il vient de publier "l'Esthétisation du monde" avec Jean Serroy, critique d'art.

La réflexion est intéressante, le titre en est "Le capitalisme artistique ne fait pas le bonheur" et je vous en livre quelques extraits:

"Nous sommes au stade hyperbolique de ce système marqué par l'inflation esthétique. Plus un seul objet qui ne soit objet de design....
Cette promotion du paradigme esthétique est l'enfant du capitalisme de consommation. D'où cet oxymore hypermoderne: le capitalisme artistique.
... Le capitalisme a créé un type d'art sans précédent: un art de consommation de masse (cinéma, publicité,...) qui ne requiert aucune culture spécifique. Un art sans aucun idéal d'élévation, qui se mèle aux marques, au sport, à la mode, au divertissement  Dans ce cadre qui voit se constituer des empires esthético-marchands, les territoires autrefois disjoints de l'art et de l'industrie, de la mode et de l'art, de l'avant-garde et du business sont pris dans une dynamique d'hybiration: Vuitton fait appel à Stephen Sprousse; Christian Lacroix dessine une montre pur Swatch; BMW propose un cabriolet "Magritte". C'est un capitalisme trans-esthétique qui triomphe...
...et plus loin:
A l'époque de Hegel et Marx on pensait pouvoir déchiffrer les lignes du devenir humain. Aujourd'hui, on est plus modeste.... Dans cette société sans conte-modèle global, il y a toutefois des contradictions ou des tensions qui ouvrent des voies inconnues. Tension entre consumérisme et écologie; entre idéal d'épanouissement individuel immédiat et exigences de formation; entre vie esthétisée et médicalisation de la société; entre vitesse et désir de ralentissement du rythme de vie (slowfood, slowlife,..). En dépit des contraintes écologistes, le capitalisme artistique a de beaux jours devant lui. Mais plus l'avenir marchand sera irrésistible, moins nous savons ce qu'il sera..."


Si vous voulez lire l'article complet, il est ici:
http://www.liberation.fr/economie/2013/04/25/commentaires/le-capitalisme-artiste-ne-fait-pas-le-bonheur_899049

Je vous le livre tel quel pour alimenter votre réflexion. En complément, une des miennes: .
Qui de Raymond Loewy ou Andy Warhol fait de l'Art?
Et une question: 
Préférez-vous acheter un aspirateur moche et pas cher qu'un aspirateur beau et efficace - ou un aspirateur de Jeff Koons ?

Pour finir sur cette piste du design efficace, regardez vous appareils ménagers et posez-vous la question des raisons du choix de vos achats...

Et pour ne pas rester sur une note pessimiste concernant la société, sachez aussi que des tendances émergent concernant des variétés de partage multiples...

Et un petit bonus, révélé par un autre article du même journal, deux pages plus loin intitulé "Tout nouveau, tout robot" nous apprends que les robots apprennent comme nous et vont bientôt nous aider à monter les étagères....

Jetez un coup d'oeil sur le film ci-dessous:



Bon Dimanche

La Fleur du dimanche

samedi 27 avril 2013

Une Rose ou un livre pour Cervantes à la Sant Jordi - Saint Georges

Curieux trajet qui, d'une tradition nationaliste fait une action de promotion économique et culturelle:
Le 23 avril, anniversaire de la mort de Cervantes, célébré en Catalogne pour fêter le pays et son patron Sant Jordi, Saint Georges fut l'occasion d'offrir une rose aux dames.
Un écrivain et éditeur, Vicent Clavel i Andrés, installé à Barcelone, en fit la fête des libraires et et l'on offrit un livre avec la rose - un peu comme la Fleur du Dimanche avec le TVA - Texte à Valeur Ajoutée.
Cette tradition a traversé les frontières en s'adaptant et donc, aujourd’hui  le 27 (et pas le 23) avril, les libraires indépendants de France offriront une rose et un livre à leurs clients.

Pour fêter ce jour, je vous offre une fleur d'un livre de 1933, "Das kleine Blumenbuch" qui comprend 58 illustrations.


Das kleine Blumenbuch


Je vous propose le N° 13 - porte-bonheur et emblème de la Fleur du Dimanche, le pissenlit ou dent-de-lion, encore appelé "taraxatum" et qui en allemand se nomme Löwenzahn":


Taraxacum - Pissenlit - Dent-de-lion - Loewenzahn -  Photo: lfdd 


Je ne puis que vous conseiller d'aller en librairie acheter un livre, par exemple "Les Fleurs du Mal" de Baudelaire ou "Les Fleurs Bleues" de Raymond Queneau ou "A l'ombre des jeunes filles en fleur" de Marcel Proust ou encore "Don Quichote" de Miguel Cervantes ou tout autre livre et auteur de votre choix.

Pourquoi pas celui qui faisait l'objet dimanche dernier de la devinette culturelle qu'Albert Strickler - qui a écrit "Le coeur saxifrage" - a trouvé dès 6 heures dimanche dernier.

Voici la phrase dite par son auteur, Marcel Camus:



"Je ne puis vivre personnellement sans mon art. Mais je n'ai jamais placé cet art au-dessus de tout. S'il m'est nécessaire au contraire, c'est qu'il ne se sépare de personne et me permet  de vivre, tel que je suis, au niveau de tous. L'art n'est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Il est un moyen d'émouvoir le plus grand nombre d'hommes en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes."
Camus allocution lors de l'attribution le 10 décembre 1957 du prix Nobel à Stockholm:

Albert Camus' Speech at the Nobel Banquet (short excerpt in French) - Media Player at Nobelprize.org


Bon Samedi et bonne lecture

La Fleur du Dimanche

dimanche 21 avril 2013

Ici est la Rose, c'est ici qu'il faut danser - Complique pas...


Les TVA ne sont pas aussi innocents qu'on le croit, mais ils sont aussi faits pour vous faire réagir.

Dimanche dernier, je m'étais aventuré sur le terrain fragile du "présent" et ai eu quelques remarques sur la phrase de Flaubert: 
"Le présent est tout ce qu'il y a de moins important - car il est très court, insaisissable. Le vrai, c'est le passé, l'avenir."

Mais nous en reparlerons plus bas, place à la fleur attendue - ce qui fait plaisir, c'est que hier j'ai eu deux messages "On attend la fleur  du dimanche" - Merci à vous. La voici:


Camélia - Photo: Anne W.

En fait c'est une fleur reçue d'Anne W. pour mon anniversaire - l'anniversaire de la Fleur du Dimanche, née le 22 février 2011, ne correspond pas celui de la personne qui se cache derrière les fleurs de chaque dimanche,vous vous en doutiez, non ? 
Le plus étonnant c'est que j'ai également reçu via Facebook une fleur de la part d'Edouard Bacher, que je partage avec vous, merci à lui:


Lys sur ciel pas lisse, non Campanule, la FDD est nulle - Photo: Edouard Bacher

Et comme je ne suis pas paresseux, je vous offre la mienne également, une très belle orchidée Phalaenopsis, reçue pour mon anniversaire... J'en connais au moins un qui va être jaloux:

Orchidée Phalaenopsis - Photo: lfdd


Vous avez sans doute remarqué que c'est le printemps. Lundi, je vous ai rendu attentifs au retour des hirondelles et que le muguet se prépare à fleurir. Je vous propose une autre fleur en devenir:


Rhubarbe - Photo:lfdd



La rhubarbe - ou plutôt la barbe - me permet de faire la liaison avec le TVA de la semaine dernière commenté par Raymond.

Il faisait remarquer que la phrase de Flaubert soulève la polysémie du terme "présent".
Effectivement le "Présent" est un "cadeau" et l'on peut se demander si de vivre le présent comme un cadeau n'est pas une philosophie de la vie à cultiver - Carpe Diem - à jouir? 
La réflexion que cela soulève est de la durée du présent et de sa perception, parce que vivre l'instant pouvant être la solution de bien de problèmes (plutôt que de se poser des questions sur l'avenir ou de ressasser le passé), quid de la réalité du passé et de la possibilité du futur.
Ronsard, sur les pas d'Horace - "Cueille le temps présent, en te fiant le moins possible au lendemain" - disait aussi "Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie". 
Je vous y invite bien sûr en tant que "Fleur du Dimanche".

Mais de son côté, et plus près de nous, Hegel qui nous a soufflé le titre* semble dire que ni le passé ni le futur n'existent (je sens que cela va encore polémiquer) et qu'il faut "reconnaître la raison comme la rose dans la croix du présent"

Cela signifierait-il que le présent – nous -  nous permettrait de "résoudre la contradiction de l’infini et du fini, qui est aussi celle de la pensée et du temps ou encore celle de la logique et de l’histoire." ?
En d’autres termes, que le présent, c’est l’autre nom de l’effectif: wirklich, c’est-à-dire du réel tel qu’il est pour l’Esprit qui l’assimile, le comprend et l’engendre. En substance, le point où se résout la contradiction de la pensée et du temps.


Hegel dit aussi qu’il faut « reconnaître la raison comme la rose dans la croix du présent »

Il faut que notre esprit, notre pensée qui se trouve séparée entre esprit conscient de soi et réalité présente, rassemble ces deux entités pour trouver satisfaction. Reconnaître la raison comme la rose dans la croix du présent et se réjouir d’elle, c’est l’objectif de cette réconciliation via la philosophie pour arriver à la liberté personnelle.



Un autre écrivain-philosophe, plus proche de nous considère que "les deux seules choses qui nous sont données sont le corps et le présent et que les refuser serait refuser de vivre" et nous devrions en faire notre précepte.

Je vous livre une autre pensée de lui qui vaut également d'être creusée et appliquée et vous demande de découvrir qui c'est. Alors qui est cet écrivain-philosophe dont on va reparler cette année et qui a dit:
"Je ne puis vivre personnellement sans mon art. Mais je n'ai jamais placé cet art au-dessus de tout. S'il m'est nécessaire au contraire, c'est qu'il ne se sépare de personne et me permet  de vivre, tel que je suis, au niveau de tous. L'art n'est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Il est un moyen d'émouvoir le plus grand nombre d'hommes en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes."


Pour ne pas rester totalement sérieux, je cite encore Raymond qui disait lundi suite au retour des hirondelles:


"On a vu les premières hirondelles hier...
J'ai aussitôt sorti le Flaubert, et le soir on a mangé des cuisses d'hirondelles avec des patte, euh, des pâtes."

Et pour rester sur une note d'humour et une pirouette- "Complique pas! " - en ces temps d'escalade, je vous laisse écouter le billet de François Morel qui via le Festival de Cannes qui s'annonce trouve des remèdes à l'aveuglante cécité de certains: 

Complique pas par franceinter   



Bon Dimanche

La Fleur du Dimanche

* Au sujet du titre, c'est toujours Hegel qui fait un jeu de mot de la phrase d'Esope "Hic Rhodus, hic salta !" - Voici Rhodes, c'est ici qu'il faut sauter - au sujet d'un vantard qui affirmait qu'il avait fait à Rhodes un saut magnifique. 
On lui répondait : «A quoi bon les témoins ? Voici Rhodes, c'est ici qu'il faut sauter». Ce qui veut dire: c'est le moment de montrer ce dont tu es capable. 
En grec Rhodes se dit "Rhodos" et la rose "rhodon" et Hegel emploie cette expression dans la préface du livre "Principes de la philosophie du droit".

mardi 16 avril 2013

Les hirondelles sont de retour et le muguet est prêt pour le 1er mai

Les hirondelles que j'avais cru voir le premier avril - mais c'étaient sûrement des poissons volants - sont enfin arrivées en ville.
Catherine avait annoncé les premiers émissaires dimanche dernier sur internet et chaque matin je scrutais le ciel en vain, jusqu'à ce matin.
Et ce matin, d'abord un couple virevoltant dans le ciel encore bleu et puis quelques autres de leur vol hachant le ciel.
Ils ne font pas encore leur tour affolé et répétitif dans la cour intérieure des immeubles, les insectes n'étant pas encore si nombreux, eux non plus, il faut leur laisser le temps d'arriver, mais ça viendra.

Pour le muguet également, pas d'inquiétude, ce ne sera pas comme l'année dernière où le muguet était rare et surtout pas comme l'année d'avant où la fleur du 1er mai avait  plus de trois semaines d'avance. il est en bouton pour les plus précoces.


Muguet en boutons - Photo: lfdd


Profitez du printemps et des jours tendres...

La Fleur du Dimanche

dimanche 14 avril 2013

Er ist's - C'est le Printemps - on l'attendait vraiment.

Er ist's  - c'est lui, oui, c'est lui ! - c'est le Printemps, le vrai ! 
Il s'est fait désirer, et puis on sentait les fleurs s'impatienter, même les impatiences, mais déjà dimanche dernier, avec le soleil généreux, les premières fleurs se sont exprimées.

L'herbe que j'avais achetée il y a deux semaines chez l'épicier et qui n'était qu'une masse de salade s'est mise à fleurir de ses belles fleurs bleues. 


Myositis - Photo: lfdd


Et dehors, sous le soleil effectivement, les fleurs bleues, blanches et jaunes perçaient le gazon et surgissaient de terre.



Pâquerettes et Véroniques de Perse - Photo: lfdd


Les bords de l'Ill aussi se couvrent de tapis de fleurs jaunes:


Ficaires - herbe au scorbut - Photo: lfdd

 Et du côté des arbres, là aussi les premières fleurs s'élancent des branches vers le ciel.


Arbre en fleur - Photo:lfdd


Le ciel, qui est bleu profond:


Arbre en fleur sur ciel bleu - Photo;: lfdd



Les prunus qui l'année dernière fleurissaient déjà le 25 mars - voir ici - sont aussi en fleur - timidement.



Prunus en fleurs - Photo: lfdd


En guise de TVA, comme je vous ai parlé du printemps, je vous ai cité le titre d'un poème d'Eduard Mörike, poète romantique allemand dont je vous offre le poème


Er ist's

Frühling lässt sein blaues Band
Wieder flattern durch die Lüfte;
Süße, wohlbekannte Düfte
Streifen ahnungsvoll das Land.
Veilchen träumen schon,
Wollen balde kommen.
Horch, von fern ein leiser Harfenton!
Frühling, ja Du bist's!
Dich hab’ ich vernommen! 


Et je vous laisse, pour le plaisir de l'écoute, la superbe interprétation de Katarina Thalbach en allemand.




Comme la vidéo a disparu entretemps, je vous en offre une version "amateur" mais très parlante par Sigrid:


Pour ceux qui ne comprennent pas l'allemand, un poème en français  de Victor Hugo que vous connaissez peut-être:

Printemps

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire ! 
Voici le printemps ! mars, avril au doux sourire,
Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis ! 
Les peupliers, au bord des fleuves endormis,
Se courbent mollement comme de grandes palmes ; 
L'oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ; 
Il semble que tout rit, et que les arbres verts
Sont joyeux d'être ensemble et se disent des vers. 
Le jour naît couronné d'une aube fraîche et tendre ;
Le soir est plein d'amour ; la nuit, on croit entendre, 
A travers l'ombre immense et sous le ciel béni, 
Quelque chose d'heureux chanter dans l'infini.

Victor Hugo



Mon TVA marchant par trois, je vous rajoute une citation (conseil ?) de Flaubert (à sa nièce):
"Le présent est tout ce qu'il y a de moins important - car il est très court, insaisissable. Le vrai, c'est le passé, l'avenir." 


Pour finir, je vous doit le nom des fleurs de la semaine dernière:
Ce sont bien un "camélia" japonais, de la variété "Nuccios Pearl" planté dans le parc public de Baden-Baden par un habitant.... selon l'étiquette accrochée à la plante.
Et d'après Béatrice, les "jacinthes sauvages" de la semaine dernière sont en fait des "Scilles de Sibérie" - il faut le croire !
Et aussi une réponse pour les questions cachées: celle des oeufs - et des lapins- de Pâques qui jouaient à cache-cache avec leur ombre  -l'aviez-vous vue?
En fait les réponses étaient à côté des question, même si elles n'étaient pas au même endroit:
Le lieu est le Musée Frieder Burda et l'artiste lui, c'est Barry Flanagan, et son "Nijinski Hare on Globe Form Mirrored" - "Lapin Nijinski sur un Globe, en miroir". Ce lapin-danseur est un cousin du "Bowler", le joueur de cricket géant installé dans le Parc du Château de Pourtalès à la Roberstau.

Bon Dimanche ensoleillé !

Le Fleur du Dimanche.

dimanche 7 avril 2013

Parterres de fleurs de printemps à Baden-Baden

Le printemps arrive plus tôt dans une ville thermale. Serait-ce parce qu'il y a des sources d'eau chaudes ?
En tout cas, à Baden-Baden, si vous voulez voir le printemps avant l'été (voir notre post du 1er avril), c'est le moment d'y faire une virée.


Crocus à Baden-Baden - Photo:lfdd

Vous n'êtes pas obligé de loger au Brenner Park Hotel - sauf si vous voulez vous mettre dans la peau d'un "estivant" perdu avec quelques russes congénères... - d'autant que leur offre de "printemps est terminée (voir ici: 3 nuits en magnifique chambre double à 1050 Euros par personne), pas une raison de vouloir faire du camping sur la pelouse (les nuits sont encore fraîches).


Scilles de Sibérie à Baden-Baden - Photo: lfdd

Vous risquez de vous retrouver nez-à-nez avec des lapins farceurs qui cachent les oeufs de Pâques et jouent avec leur ombre...


Lapin Nijinski sur globe en miroir - Barry Flanagan - Baden-Baden - Photo: lfdd
  A  propos de ces lapins, deux questions:
Savez-vous de qui ils sont ?
Et où ils sont cachés?

Si vous avez trouvé, vous avez le droit d'aller visiter l'exposition de Matta dans le Musée Frieder Burda (voir le post du 3 avril). 
Tant que vous êtes à vous balader, jetez un coup d'oeil aux merveilleux dessins de Maria Sybilla Merian (son nom vous dit quelque chose?) dont c'était les 150 ans de sa naissance cette semaine (le 2 avril).

Avant de vous laisser avec les 3 TVA, une dernière fleur et un question: Comment s'appelle cette fleur qui fleurit également dans le parc de Baden-Baden?


Fleur du Parc de Baden-Baden - Photo: lfdd

Pour finir en poésie, le TVA vous offre deux poèmes rares...

"La nuit pour faire oublier
ce jour qui dura si peu
remue d'aveugles paroles
comme en chuchotaient les brises
quand la vie préfigura
ce que comprendrait notre âme
d'à peine audible"

Jean Grosjean - Une voix, un regard - textes retrouvés


"Ce que tu aimes bien demeure,
Le reste est déchet
Ce que tu aimes bien ne te sera pas arraché
Ce que tu aimes bien est ton véritable héritage
A qui est le monde, à moi, à eux
Ou bien n'est-il à personne ?"

Ezra Pound - Canto N° 81



Et un hommage à Fred, le créateur de Philémon qui nous a quitté cette semaine que je vous invite à découvrir sur le post d'hier:
http://lafleurdudimanche.blogspot.fr/2013/04/fred-derniere-image-ou-va-le-train-ou.html


Fred  - le corbac aux baskets

Ce sera le dernier TVA du jour

Bon dimanche

Le Fleur du Dimanche

samedi 6 avril 2013

Fred - Dernière image: Où va le train où vont les choses ?

La locomotive qui marche à l'esprit de Fred s'est éteinte cette semaine et un corbeau est allé au ciel - du moins as-t-il essayé:


L'histoire du corbac aux baskets - Fred

Mais je pense qu'il n'a pas voulu y rester si l'on en croit -croa ?-  l'histoire du corbac aux baskets.


L'histoire du corbac aux baskets - Fred

L'histoire du corbac aux baskets - Fred

Cette BD a reçu l'Alph'Art du meilleur album au festival de la BD d'Angoulême en 1994 - Angoulême qui lui a rendu hommage l'année dernière, alors qu'il avait réussi à boucler l'histoire de son héros emblématique Philémon avec son dernier album: "Le train où vont les choses" visible ici: 
http://www.dargaud.com/philemon/album-5703/train-ou-vont-les-choses/ 

Je vous invite à regarder le reportage de France 3 qui va vous donner un point de vue complémentaire du personnage.




Nous gardons de lui cette "dernière image" qui en révèle tant d'autres:

Dédicace de "l'histoire de la dernière image - Fred 

Et nous relirons avec plaisir les albums qui nous emmènent dans les autres monde et au plus profond du nôtre..


Bon voyage

La Fleur du Dimanche


mercredi 3 avril 2013

Roberto Matta à Baden-Baden - Fondation Burda: le peintre des espaces - Suite à Marseille au Musée Cantini

Une artiste trop peu connu, même s'il a côtoyé les plus grands - Dali, Breton, Duchamp par l'entremise de Frederico Garcia Lorca, à Paris puis Ernst, Chagall, Léger à New-York et les plus grand peintres américains Pollock et Rotcko quand il partit aux USA pendant la guerre, c'es le peintre chilien Matta Roberto Antonio Sebastián Matta Echaurren.
L'occasion rare (la dernière d'importance à Beaubourg date de 1985) vous est donnée doublement, si vous êtes à Strasbourg ou à Marseille. Et cela vaut le coup de découvrir - si vous ne le connaissais pas assez, ce peintre qui, après avoir traavaillé quelques années dans l’atelier de le Corbusier, fréquenta les Surréalistes (avant de se retrouver exclus du mouvement).
 

Matta rouge - le Cube - Photo: lfdd

Matta est un peintre de l'espace et l'exposition au Musée Frieder Burda de Baden-Baden permet s'en rendre compte à tous les niveau.
Les toiles, pour certaines d'une taille impressionnant (dont le polyptyque ci-dessus) vous permettrons de voir la maîtrise qu'a Matta pour représenter l'espace, que ce soit l'espace intérieur ou rêvé, l'infiniment petit des cellules humaines ou l'infiniment grand de l'univers. 
Vous y apprécierez le traitement de la profondeur et des superpositions ainsi la gamme et la variété des couleurs, pour certaines fluorescentes, utilisées pour représenter ces univers.
L'exposition qui retrace le parcours de cet artiste inventif de ses débuts à ses dernières oeuvres, avec des prêts de collectionneurs très intéressants, est une découverte qui vaut le déplacement. 


Matta - Musée Frieder Burda - Photo: lfdd

Si vous êtes plutôt du côté de Marseille, ou vous y irez pour les manifestations "Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013", avant le 19 mai, faites un tour au Musée Cantini qui rouvre pour l'occasion, vous y verrez l'exposition "Matta, du surréalisme à l'histoire".

Et si vous êtes du côté de Colmar, ce soir, vous pourrez assister au vernissage de l'exposition de Robert Cahen pour les 160 ans du Musées Unterlinden: "La peinture en mouvement"
Elle présente un regard sur les toiles du Musée, en particulier les collections du Musée d'Art Moderne, actuellement fermé pour travaux d'agrandissementQuelques quinze peintres - dont Grünewald, Renoir, Picasso, Victor Brauner et Gaston Chaissac passent sous l'oeil de la caméra de Robert Cahen et vivent dans de lents mouvements.

Bonne visite

La Fleur du Dimanche

mardi 2 avril 2013

Bon Anniversaire Maria-Sibylla Merian

Ce serait l’anniversaire de Maria-Sibylla Merian, née le 2 avril 1647 à Francfort.

C'était une artiste et une naturaliste, on lui doit de nombreux dessins de fleurs et d'insecte. Elle a édité trois volumes de dessins et son voyage au Suriname lui a permis d'observer les papillons et tous les insectes à chrysalide.

Tulipe peroquet - Gravure de Maria-Sybilla Merian

 Le nom allemand de la mygale - Vogelspinne: araignée-oiseau - pourrait lui être attribué (elle a dessiné une planche avec une mygale qui mange des oeuf d'oiseau (ce qui est assez rare cependant)...

Mygale - Vogelspinne - gravure: Maria-Sybille Merian


Le nom des Merian est plus connu grâce à son père, Mathias,  artiste-graveur qui a réalisé les gravures de la bible traduite par Luther et imprimée à Strasbourg.

Bonne semaine

La Fleur du Dimanche

lundi 1 avril 2013

Le gouvernement et le pape sont d'accord: Pour cause de froid, le printemps est reporté...

Nous pourrions appeler cela un fait d'hiver si ce n'était un évènement "historique"...


Depuis plus de deux cents ans, l'Etat et l'Eglise n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur ce point, mais la météo - d'aucuns accusent le réchauffement climatique voir notre post d'hier - mais en ce lundi de Pâques où il a encore neigé cette nuit - voir photo ci-dessous, il se sont enfin accordés....

Fleurs de Pâques - Photo: lfdd

Du côté de l'Eglise, pour faire des économies de chauffage pour les processions pascales:

Pâques 2013 par Kroll


Et du côté du gouvernement, vu la rupture des stocks de sel de déneigement - il faut trouver tous les moyens pour faire des économies..

De la neige - Dessin de Willem


Tout cela les a amenés, après mûres réflexions, à se mettre d'accord... Plus de quarante jours après Pâques, même exactement trois mois, c'est le décalage, non pas horaire, mais bien mensuel du printemps... au 21 juin.
Oui, c'est bien cela, le début du printemps a été fixé d'un commun accord par le gouvernement de François H. et le nouveau pape François I au 21 juin!  
Cette décision permettra d'économiser à la fois des activités et les dépenses afférentes, mais également un saison complète.
Imaginez, une saison complète économisée sur le plan économique en 2013, de quoi répondre totalement aux critères du traité européen.

Pour ne pas regretter totalement cette suppression du printemps, je vous offre les premières fleurs sauvages: les violettes et les anémones glaciaires que vous pourrez comparer à celles qui ont accompagné la naissance de la Fleur du Dimanche il y a deux ans - c'était le 20 février 2011, elles étaient en bouton, et le 8 mars, elles étaient bien écloses...

Violettes du 31 mars 2013 - Photo:lfdd

Elles doivent avoir un peu froid, surtout les anémones qui ont l'air d'éoliennes qui brassent le vent du nord sur les collines sous-vosgiennes:

Anémones - éoliennes pré-vosgiennes - Photo: lfdd

Pour vous rassurer quand même un peu dans ce flot de mauvaises nouvelles, en guise de TVA, je vous révèle le résultat d'une très sérieuse enquête publiée dans le Magazine "Psychology Today" (l'étude est ici) en octobre 2010 (on se demande pourquoi les résultat des recherches de 2010 arrivent dans les actus ces derniers jours seulement..) qui tend à prouver qu'il a un lien entre l'intelligence et la consommation d'alcool: "Apparemment, plus on est intelligent et plus on boit." 
Si vous voulez voir le compte-rendu en français il est - en résumé, cette étude a révélé plus précisément que :



"- Les enfants classé dans les catégories brillant et très brillant consommaient plus d’alcool que ceux classés dans les catégories stupides et très stupides;


- Les jeunes issus de l’étude britannique et qui appartenaient à la catégorie très brillant, consommaient près de 80% d’alcool en plus que les très stupides;

- Les chercheurs ont obtenu les mêmes résultats en prenant en compte les revenus, la situation amoureuse, l’éducation…

Le magazine scientifique, Psychology Today, a tenté d’expliquer ce phénomène de manière évolutionnaire. Ils rappellent que l’alcool consommable est une invention qui a plus de 10 000 ans. Nos ancêtres s’étaient probablement déjà rendus compte que lorsqu’ils mangeaient des fruits pourris, ils devenaient plus euphoriques à cause ou grâce à l’éthanol qu’ils contenaient et qui est aujourd’hui la base des boissons alcoolisées. Cette nouvelle boisson évolutionnaire n’était normalement sensée attirer que les personnes les plus intelligentes."


Tout ceci ne prouve pas que les mineurs français qui buvaient plus de dix litres de vin par jour étaient super intelligents...
Il est bien précisé que boire plus ne rend pas plus intelligent !

Bon lundi de Pâques

La Fleur du Dimanche