dimanche 24 juin 2012

La fleur du Lieu, le lieu de la fleur

Pour ce dimanche deux questions:  Est-ce du lierre et où est le lieu de cette fleur du dimanche ?
Des indices en trois étapes:


La Fleur du Lieu - Photo: lfdd

Le cadre:


La Fleur du Lieu - Photo: lfdd


Le "Lieu":


Le Lieu et la Fleur du Lieu - Photo: lfdd


En TVA, un poème de Rilke (encore! me direz-vous?):


Voyez les fleurs: à ces fidèles de la terre
nous prêtons un destin sur le bord du destin.
Mais s'il leur est amer, qui sait ? de se faner,
c'est à nous d'être leur regret.


Je vous mets la V.O. pour ceux qui voudraient avoir un autre éclairage:


Siehe die Blumen, diese dem Irdischen treuen,
denen wir Schicksal vom Rande des Schicksals leihn, -
aber wer weiss es! Wenn sie ihr Welken bereuen,
ist es an uns, ihre Reuen zu sein.




Bon Dimanche


La Fleur du Dimanche

mercredi 20 juin 2012

Vous avez raté Buren, il vous reste Jeff Koons à Bâle ou Richter à Paris

L'expo de Daniel Buren au Grand Palais à Paris est terminée. Il vous reste internet - et la page de mercredi dernier ici - pour avoir un aperçu de ce que c'était.
Un autre "grand" artistes "coloriste" est encore visible à la Fondation Beyeler à côté de Bâle jusqu'au 2 septembre. 

Jeff Koons Bleu Flower - Fondation Beyeler - Riehen - Photo: lfdd

Dans le jardin, deux sculptures, les "Fleurs Ballons" bleues et le "Split Rocker" (photo en fin de texte).
A l'intérieur, un panorama de ses oeuvres rangées en trois périodes:
The New avec, entre autres ses aspirateurs sur néons du début, Banality et Celebration.

Jeff Koons - Fondation Beyeler - Riehen - Photo: lfdd

Une vue des salles et un beau gâteau pour vous donner envie d'y aller:

Jeff Koons - Fondation Beyeler - Riehen - Photo: lfdd

Le Split-Rocker de la Fondation Pinault:

Jeff Koons - Split-Rocker-  Fondation Beyeler - Riehen - Photo: lfdd

Et une version portable à mettre dans votre jardin:

Jeff Koons - Fondation Beyeler - Riehen - Photo: lfdd
Et si vous ne voulez pas craquer pour cet artiste "cher", allez à Paris à Beaubourg pour un autre "monument" de la peinture: Gerhardt Richter.
La Fleur du Dimanche

dimanche 17 juin 2012

Les roses ont grandi pour la fête des pères... et sont devenues un peu punk.

Comme le punk à crête, Not, et Jean-Pierre qui le devient dans "Le Grand Soir" dont j'ai parlé lundi dans ma "page cinéma" - je ne parle pas de cinéma que le dimanche, je parle aussi d'expositions quelquefois comme pour Monumenta par exemple ce mercredi - les roses naines de dimanche dernier ont un peu grandi et se sont ébouriffé pour la fêtes des pères. Alors offrons-leur un beau bouquet - aux beaux-pères aussi:


Roses grandes - Photo:lfdd


Pour le TVA, je ne vous offre pas de poème - quelqu'un le fera-t-il pour moi? - mais un conseil:


Offrez-lui du chocolat noir 70%, car d'après une étude de l'Université de Monash en Australie, le chocolat noir à 70% a permis d'éviter  à 70 personnes des accidents cardiaques fatals,  sur une population test de 10.000. L'étude ne dit pas que si on prend du chocolat noir à 100% le chiffre monte à 100..


En bonus, je vous offre en extrait de "Beau-père" de Bertrand Blier, un des derniers films dans lequel Patrick Dewaere a joué  - qui se souvient de lui ?





BEAU-PERE TRAILER 1981 PATRICK DEWAERE

Et vous rappelle que l'année dernière, à cette occasion, je vous avais offert deux versions de "La Noyée" de Serge Gainsbourg, la sienne et celle de l'ex-première dame de France, et c'est ici:
http://lafleurdudimanche.blogspot.fr/2011/06/lappel-du-18-juin-ou-la-fete-des-peres.html

Bonne Fêtes aux Pères et bon Dimanche


La Fleur du Dimanche

mercredi 13 juin 2012

Monumenta: Buren sur et sous la coupole du Grand Palais

Tous les ans, au Grand Palais, une exposition "internationale" d'artiste a lieu pendant un petit mois au Grand Palais, investi à l'occasion par un artiste: Cette année, c'est Daniel Buren.


Monumenta - Daniel Buren au Grand Palais - Photo: lfdd


Par la loi de l’alternance, en effet, c'est un artiste français qui se place après Anish Kapoor l'année dernière, Christian Boltanski, l'année d'avant, alors que Richard Serra avait succédé en 2008 à Anselm Kieffer qui avait inauguré le concept en 2007.


Monumenta - Daniel Buren au Grand Palais - Photo: lfdd


L'exposition se visite de jour et de nuit - il y a des nocturnes jusqu'à minuit du jeudi au dimanche - et s'achève le 21 juin avec un grand Bal Blanc. Vous pouvez tenter votre chance et gagner une des 100 places mise en jeu par jour sur: http://www.weloveart.net/balblanc/ 


Monumenta - Daniel Buren au Grand Palais - Photo: lfdd


Sinon, vous pouvez encore y aller, habillé comme vous voulez - éventuellement en rayures pour les derniers jours.


Monumenta - Daniel Buren au Grand Palais - Photo: lfdd


Et si vous vous sentez une âme d'enfant, vous pouvez jouer à voir le ciel sous vos pieds sur les miroirs posés par terre au centre du bâtiment, sous la coupole - seule partie de la verrière sur laquelle il y a eu une intervention de Daniel Buren.

Monumenta - Daniel Buren au Grand Palais - Photo: lfdd
Un conseil: si vous avez le choix, visitez un jour de soleil, l'effet sera plus fort par terre sur le béton gris du Palais.


Bonne Visite


La Fleur du Dimanche

lundi 11 juin 2012

Le Cinéma du lundi s'est fait "Le Grand Soir" et a pris le Bus des femmes

Le Grand Soir, on en a rêvé, Benoit Delépine et Gustave Kervern aussi, et ils l'ont fait, mais pas comme on l'attendait. Ils en ont fait un film désenchanté et drôle à la fois, qui nous raconte l'exclusion de quelques "figures" dans un décor de zone commerciale, lieux où l'on ne s'imagine pas vivre, encore moins faire la révolution.



LE GRAND SOIR - BANDE-ANNONCE



On y voit Brigitte Fontaine et Arezki sublimes - avec un hommage à Chantal Akermann, autre réalisatrice belge qui a commis "Jeanne Dielmann, 23 quai du Commerce 1080 Bruxelles" - et Benoît Poelvoorde en "plus vieux punk à crête et à chien" d'Europe - qui vient de se faire battre par Loulou Nicollin dans l'actualité récente:







On y trouve bien sûr le magnifique Albert Dupontel, qui plaque son métier de vendeur de "matelas intelligent" et Yolande Moreau, moins bavarde qu'à l'accoutumée.... En tout cas, le Grand Soir délivre un beau message.


Dans un registre pas vraiment comparable, mais touchant aussi à la révolution, "Les Femmes du Bus 678" est d'une certaine manière le récit de quelque chose qui aurait pu aboutir à la révolution égyptienne. L'histoire raconte le parcours de 3 femmes qui n'auraient pas dû se rencontrer, mais qui se battent contre le harcèlement. C'est d'ailleurs à partir du fait divers - le premier procès en Egypte de harcèlement - que Mohamed Biad a réalisé le film. Et il est sorti un mois avant les évènements - ce dernier ayant été un évènement cinématographique là-bas.





Les Femmes du bus 678 - Bande annonce





Bon cinéma


La Fleur du Dimanche

dimanche 10 juin 2012

Les roses aussi ont commencé petit.. et le sureau, c'est sur aussi...

Les fleurs, est la rose est la fleur par essence - voir le TVA du jour - ont toutes commencé petit, la preuve:

Roses - petites - Photo: lfdd

Mais pas que la rose, le sureau, même si, quand il fleurit, ne grandit pas énormément, la preuve avec les photos d'Anne:


Sureau à fleurir - Photo: Anne W.
Sureau en début de fleurissement - Photo: Anne W.
Sureau en fleur - Photo: Anne W.


Je profite de la publication de ces fleurs pour saluer le talent photographique et botanique d'Anne et révéler les réponses aux questions posées lors de la publication des fleurs de houx de son jardin, le 20 mai - la réponse est de notre spécialiste Béatrice S.:
"Les fleurs femelles montrent leur futures drupes ( fruit) rouges et les mâles leurs étamines aux anthères (partie terminale des étamines) pleines de pollen".
Elle a également précisé le nom de la fleur bleue de dimanche dernier:
"C'est bien une boraginacée, mais c'est une fleur de Grémil (nom savant: lithospermum de litho = pierre et spermum = semence, donc qui a des graines dures comme la pierre). Je pense que c'est la fleur d'un "Lithodora diffusa Heavenly Blue"


Pour le TVA, vous l'attendiez, c'est un hommage à Rainer Maria Rilke, dont l'épitaphe de sa tombe dit:

"Rose,o reiner Widerspruch, Lust niemandes Schlaf zu sein unter so viel Lidern" dont la traduction pourrait être:
"Rose, ô pure contradiction, volupté de n'être le sommeil de personne, sous tant de paupières".


Il a dit dans un de ses "Sonnets à Orphée":


"Rose, du thronende, denen im Altertume
warst du ein Kelch mit einfachem Rand.
Uns aber bist du die volle zahllose Blume,
der unerschöpfliche Gegenstand."


"Rose,ô toi la majestueuse, tu n'étais,
aux anciens, qu'un calice avec un simple bord.
Par contre à nous, tu es l'absolu de la fleur, 
son infini, l'objet inépuisable."..


et il termine en parlant du parfum de la rose:
"Mais le nommer, non, nous ne savons pas. Nous cherchons à...
Et voilà que vers lui s'en va le souvenir
que nous quêtions des heures de mémoire."


C'est aussi un clin d'oeil à Albert Strickler, amateur de Rilke, qui devait sortir son nouveau "journal" - celui de 2011, et à qui nous souhaitons de trouver rapidement un nouvel éditeur, suite à la défaillance de "Petites Vagues"..




Le titre du jour est un hommage à Werner Herzog, qui a réalisé un superbe film: "Les nains aussi ont commencé petits", dont vous avez le début sur le site cinéma du Nouvel Obs, ici:
http://cinema.nouvelobs.com/films/47408-les-nains-aussi-ont-commence-petits/videos/41638


Pour finir, je vous annonce que la Documenta a ouvert ses portes hier pour 100 jours et que c'est jour d'élection en France.


Bon dimanche 


La Fleur du Dimanche

mercredi 6 juin 2012

L'expo du mercredi: Fred Croizer se crashe devant les caméras de France3 Alsace

Une exposition de sculptures en voiture - ou par la voiture, voilà ce qui vous attend dans la galerie Radial Art Contemporain.
Fred Croizer, artiste lui-même, nous propose pour cette exposition une proposition originale. Ce n'est pas la première et il faut saluer sa ligne directrice qui nous permet de découvrir des artistes originaux et de qualité, avec des travaux tous singuliers.
Pour ne citer que les derniers: 
Les photographies d'Estelle Lagarde qui interrogeaient le corps, l'identité, la souffrance, la solitude, avec la "Traversée de l'imprévu".
Les tableaux de Lars Strandh, artiste norvégien qui cherchait les limites de trait,  de la ligne, de la couleur, du tableau.


Pour en savoir plus sur Pamcrash, l'artiste suisse, qui a réalisé "Autopsie de l'impact", rien de mieux que de voir le reportage réalisé par France3 Alsace où Fred Croizer se "crashe" littéralement face à Roland Dinkel.






Et pour le reste des exposition, à part les exposition annoncées dimanche dernier - dont celle à l'Etappenstall avec le vernissage de "Peau d'Ame" ce vendredi, il y a :
La Chambre avec les photos de Lewis Caroll 
No Smoking avec "Make it idiot"
La Galerie Bertrand Gillig avec des travaux d'Ayline Olukman.
Et bien d'autres...


Sinon, prenez des forces, Art |43| Basel 2012 ouvre le 14 juin
et la dokumenta à Kassel - treizième du nom - c'est le 9 juin pour 100 jours!


Bonne Expositions


La Fleur du Dimanche.

dimanche 3 juin 2012

Hommage aux mères - et aux belles-mères et à leurs filles...


Rendons-leur hommage, aux mères et à toutes les femmes.
Comme Carlotta Sagna l'a fait, cet hommage à sa mère avec "Ad Vitam" - superbe spectacle au demeurant, vu au TNS dans le cadre de Strasbourg, Nouvelles Danse".
Elle disait: "Quand on dit à un artiste: " Tu es fou", c'est indéniablement un compliment."


Alors, les fleurs du jour seront des pois de senteur, trouvées à la Galerie Charlot.


Pois de senteur - Galerie Charlot @lfdd


Et comme un cadeau n'arrive jamais seul, une fleur de bourrache pour faire le lien entre les deux TVA.


Fleur Bleur de bourrache - Photo: lfdd


Le deuxième TVA est un texte accompagnant l'autre spectacle de danse de la soirée, celui d'Alain Buffard "Baron Samedi", tout aussi réussi, avec des chansons maginifiquement réinterprétées de Brecht.


Et le TVA est de Mikhail Baktine:
"Le principe du rire et de la sensation carnavalesque du monde qui sont à la base du grotesque détruisent le sérieux unilatéral et même toutes les prétentions à une signification et à une conditionnalité située hors du temps".


Complétons - et concluons - avec François Frimat qui dit:
"La seule certitude concernant l'identité est qu'elle est incertaine tant elle doit aux hasards de la vie, du regard des autres, des migrations souvent imposées, des combats qu'elle doit mener pour ne pas être aliénée à ce qu'elle reconnaît comme radicalement étranger à elle-même. Préserver sa possibilité dynamique n'est pas pour autant une invitation à l'égarement."


La boucle est bouclée.


Bonne fête 


Bon dimanche


La Fleur du Dimanche


P.S. Pour compléter ces hommages, je vous invite à aller voir quelques expositions et vernissages:
Ce dimanche, chez Chantal Bamberger: Ernest Pignon-Ernest "Extases". 
Et à Uttenhoffen, à la Ferme Bleue: Fantine Andres et Camille Brétaudeau, deux jeunes artistes à découvrir pour le vernissage de leur exposition "De chairs et de voiles" à 18h00.
En passant, arrêtez-vous aux jardins de l'Escalier à Brumath pour l'exposition de Michel Déjean avec ses travaux récents.
Et prenez date pour vendredi prochain à Erstein à l'Etappenstall pour le vernissage de l'exposition "Peau d'Ame" avec un groupe d'artistes parisiens à l'initiatives de Pascale Duanyer-Marziou qui expose également.