dimanche 25 janvier 2015

Après Charlie, c'est encore Charlie, n'oublie pas.. Vergissmeinnicht - Myosotis ou notre sottise ?

Charlie, et après ? 
Nous en avons parlé le 7 janvier (avec le rajout ultérieurs de dessins des auteurs de Charlie Hebdo ou de ceux qui ont été fait en soutien à #Charlie). 
Nous en avons reparlé le 11 janvier avec une analyse intéressante de Boris Cyrulnick. 
Et nous avons relayé le soutien des artistes, chanteurs d'Alsace qui chantent la Liberté de penser (Die Gedanken sind frei) le 18 janvier
Quand n'en en parlera-t-on plus ? 
Comme le disait Boris Cyrulnik, il ne faut pas se taire mais il faut également voir comment en parler... 
Alors, parlons peu, mais parlons bien... Je vais donner la parole, après la Fleur du jour à.... (à vous de trouver):


Rose "Courbet" - Photo: lfdd


La rose, grande blessure, est une rose du jardin du Musée Courbet à Ornans, et interroge "l'Origine du Monde" en miroir...
Moi, je vous interroge en vous demandant qui à dit cela: 

"Car la politique selon Charlie ne consiste pas à déclamer, mais à interroger: pourquoi la vie n'est pas celle que nous rêvons, poétique, pacifiée, intelligente, argumentée et argumenteuse, spéculative, contradictoire, mais telle qu'aucune contradiction, aucune chamaillerie ne puisse au terme d'une belle discussion se dissoudre dans un verre de rouge et jamais dans une flaque de sang? La politique de Charlie est non violente et non haineuse. Elle est gaie. Elle se veut ainsi. Aucun problème politique ne doit résister à un bon rire. Riez, mes amis, riez. Il parait qu'au moment d'être fusillé Cavanna rigolait.


Prenons un peu de recul pour une deuxième rose éclaboussée..
Rose "Courbet" - Photo: lfdd

Et je soumets à votre sagacité un deuxième texte d'un deuxième auteur. Le lien entre le premier et le deuxième devraient vous aider à trouver le tout !

"Droit et psychanalyse se rejoignent sur un point commun, car ce qui est au principe du droit - Liberté, Égalité, Fraternité - est le but de la psychanalyse. Le droit d'un point de vue collectif et la psychanalyse d'un point de vue individuel ont pour fonction de limiter l'abus chez l'homme en le régulant. Car si la psychanalyse à découvert quelque chose de fondamental, à savoir que la souffrance humaine dérive de l'abus, cet abus, à son tour, dérive de la croyance, c'est à dire de tout ce que l'on a bu, de tout ce que l'on a cru. Abuser de l'autre n'est pas une marque de toute puissance perverse, abuser est une marque d'aliénation, et être abusé par l'autre également. 
Or, pour sortir de ces rapports de domination et découvrir un rapport positif à l'autre, ouvert, non fondé sur la non négation de soi et donc de l'autre, il n'y a pas d'autre moyen que de se défaire de toutes les illusions avec lesquelles nous avons été préconçus."

Pour finir en poésie et en chanson, tout d'abord un texte de Paul Célan (vous Paul Célan qui le dit dans mon billet d'hier sur le spectacle "Passim" au TNS)et un hommage à José Arthur avec le générique de Gainsbourg de son émisssion "Pop Club" et son interview par José lors de la sortie de son disque "Love on the Beat" le 3 mai 1985.


FUGUE DE MORT

Lait noir du petit jour nous le buvons le soir
nous le buvons midi et matin nous le buvons la nuit
nous buvons et buvons
nous creusons une tombe dans les airs on y couche à son aise
Un homme habite la maison qui joue avec les serpents qui écrit
qui écrit quand il fait sombre sur l’Allemagne tes cheveux d’or Margarete
il écrit cela et va à sa porte et les étoiles fulminent il siffle pour appeler ses chiens
il siffle pour rappeler ses Juifs et fait creuser une tombe dans la terre
il nous ordonne jouez maintenant qu’on y danse

Lait noir du petit jour nous te buvons la nuit

nous te buvons midi et matin nous te buvons le soir
nous buvons et buvons
Un homme habite la maison qui joue avec les serpents qui écrit
qui écrit quand il fait sombre sur l’Allemagne tes cheveux d’or Margarete
Tes cheveux de cendre Sulamith nous creusons une tombe dans les airs on y couche à son aise
Il crie creusez plus profond la terre vous les uns et les autres chantez et jouez
il saisit le fer à sa ceinture il le brandit ses yeux sont bleus
creusez plus profond les bêches vous les uns et les autres jouez encore qu’on y danse

Lait noir du petit jour nous te buvons la nuit

nous te buvons midi et matin nous te buvons le soir
nous buvons et buvons
un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete
tes cheveux de cendre Sulamith il joue avec les serpents

Il crie jouez la mort plus doucement la mort est un maître d’Allemagne

il crie plus sombre les accents des violons et vous montez comme fumée dans les airs
et vous avez une tombe dans les nuages on y couche à son aise
Lait noir du petit jour nous te buvons la nuit
nous te buvons midi la mort est un maître d’Allemagne
nous te buvons soir et matin nous buvons et buvons
la mort est un maître d’Allemagne ses yeux sont bleus
il te touche avec une balle de plomb il te touche avec précision
un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete
il lâche ses chiens sur nous et nous offre une tombe dans les airs
il joue avec les serpents il rêve la mort est un maître d’Allemagne

tes cheveux d’or Margarete

tes cheveux de cendre Sulamith

Paul Celan.
Traduction Olivier Favier.


TODESFUGE

Schwarze Milch der Frühe wir trinken sie abends

wir trinken sie mittags und morgens wir trinken sie nachts
wir trinken und trinken
wir schaufeln ein Grab in den Lüften da liegt man nicht eng
Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der schreibt
der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland dein goldenes Haar Margarete
er schreibt es und tritt vor das Haus und es blitzen die Sterne er pfeift seine Rüden herbei
er pfeift seine Juden hervor läßt schaufeln ein Grab in der Erde
er befiehlt uns spielt auf nun zum Tanz

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich morgens und mittags wir trinken dich abends
wir trinken und trinken
Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der schreibt
der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland dein goldenes Haar Margarete
Dein aschenes Haar Sulamith wir schaufeln ein Grab in den Lüften da liegt man nicht eng

Er ruft stecht tiefer ins Erdreich ihr einen ihr andern singet und spielt

er greift nach dem Eisen im Gurt er schwingts seine Augen sind blau
stecht tiefer die Spaten ihr einen ihr andern spielt weiter zum Tanz auf

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags und morgens wir trinken dich abends
wir trinken und trinken
ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete
dein aschenes Haar Sulamith er spielt mit den Schlangen
Er ruft spielt süßer den Tod der Tod ist ein Meister aus Deutschland
er ruft streicht dunkler die Geigen dann steigt ihr als Rauch in die Luft
dann habt ihr ein Grab in den Wolken da liegt man nicht eng

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags der Tod ist ein Meister aus Deutschland
wir trinken dich abends und morgens wir trinken und trinken
der Tod ist ein Meister aus Deutschland sein Auge ist blau
er trifft dich mit bleierner Kugel er trifft dich genau
ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete
er hetzt seine Rüden auf uns er schenkt uns ein Grab in der Luft
er spielt mit den Schlangen und träumet der Tod ist ein Meister aus Deutschland

dein goldenes Haar Margarete

dein aschenes Haar Sulamith

Paul Celan.
Bucarest, 1945.

Hommage à José Arthur :
Le générique du Pop Club par Serge Gainsbourg:





Et l'émission avec Serge Gainsbourg:



Bon Dimanche 

La Fleur du Dimanche

P.S. Le premier texte est de Bernard Maris qui signe Oncle Bernard
Le deuxième est d'Elsa Cayat...
Les textes sont parusdans le Charlie "hommage" du 14 janvier 2015.

vendredi 23 janvier 2015

PASSIM - Pas si mal que çà - sinon allez au Musée pour des "Visites Obliques"

Si vous aimez le théâtre ET les arts plastiques vous pouvez choisir d'aller voir "Passim" du Théâtre du Radeau au TNS (Espace Klaus Michael Grüber - rue Kablé à Strasbourg) mais aussi voir les "Visites Obliques" de la compagnie Théâtrenciel de Roland Schön qui vous propose une visite guidée originale au Musée d'Art Moderne et conteporain de Strasbourg:

"Un guide de la fondation Volter Notzing a pour mission de faire découvrir au public les oeuvres de l’artiste Loxias, inventeur de la notion d’Art Coucou, l’art qui se fait dans le nid des autres. Son désir ultime est d’insérer ses créations dans les espaces publics et musées qu’il a fréquentés, sans éveiller l’attention de leurs conservateurs et propriétaires."
La visite guidée faite par Roland Schön, improvisé guide attitré de la Fondation Volter Notzing va donc vous faire découvrir autrement le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg en vous montrant des oeuvres du célèbre artiste méconnu Loxias dont vous allez découvrir les trois périodes artistiques.
L'occasion de visiter le musée autrement, en tout cas en y posant un regard nouveau et poétique.
Mais aussi de goûter un humour pince sans rire et surprenant dans un contexte original.

Représentations le 24 janvier à 11h00 et 15h00 et le 25 à 11h00 et 17h00.

En ce qui concerne "Passim", de François Tanguy et de sa troupe, il s'agit aussi d'un "voyage", mais dans les textes du théâtre, de la littérature et de la poésie, avec du chant, de la danse, dans les arcanes de la mémoire. Passim ou la séduction de la citation, magnifique collage mis en espace et en lumière, en musique et en voix par une troupe magnifique. 
Les décors se révèlent et se transforment au fur et à mesure de les réaménagement ou d'effets de lumière (manifiques éclairages) qui nous transportent dans des univers cinématographique, mieux au centre de véritables "installations. Les costumes, magnifiques également contribuent à ce voyage poétique... 
En voici quelques extraits :





Je vous rajoute un texte de Paul Celan, Todesfuge - un texte qu'il a écrit en mai 1945, trois mois après la libération d'Auschwitz - que vous entendrez aussi dans le spectacle:


Pour "Passim", les représentations ont lieu à 20h00 du 21 au 31 janvier(sauf le 25).

Bons Spectacles

La Fleur du Dimanche

lundi 19 janvier 2015

Au concours de Musique et de Chant: Wiplash vs La Famille Bélier

Le hasard (?) du calendrier nous propose actuellement deux films sur la musique et la chanson, l'un, premier film d'un canadien, Damien Chazelle: "Wiplash", l'autre, sixième film d'Eric Lartigau: "La famille Bélier".

Même si l'on peut essayer de comparer les professeurs de musique de chaque film, l'un joué avec ironie et détachement par Eric Elmosnino, l'autre tout en stratégie et force par J.K. Simmons (Golden Globe du meilleur acteur de second rôle), mais aucune comparaison n'est possible, les deux films sont totalement différents..

Autant Wiplash est un hymne au jazz - avec une image, un cadre et un montage qui transcende et dynamise la musique, le film de Lartigau traite plus l'histoire d'une prise d’autonomie d'une adolescente, Laura, (magnifiquement interprétée par Louane Emera pour son premier rôle au cinéma - elle avait remporté le challenge de "The Voice" en 2013) vis-à-vis de ses parents sourds. 
Le film est très sensible et plein d'humour.
Du côté de Wiplash, très bien senti également, le traitement est beaucoup plus dur et limite violent.

A choisir, on prend les deux !

Je vous en offre les bandes annonce...


La Famille Bélier - bande-annonce



Whiplash de Damien Chazelle 



En bonus, je vous rajoute l'interprétation de Loane de la chanson de Michel Sardou "Je Vole", à découvrir dans le film:

Louane - Je Vole (Extrait de la B.O...


Bons films

La Fleur du Dimanche


dimanche 18 janvier 2015

Liberté de penser, liberté de panser, liberté de pensée.., j'écris, je crie, je chante,..

L'heure tourne, le temps passe, les paroles sortent et se heurtent, les images aussi..

Cependant il ne faut pas oublier,
cependant il ne faut pas s'arrêter, 
cependant il ne faut pas se taire
et continuer de parler...

et dire "Liberté"

Pour la liberté, pour continuer, une suite en trois temps,

Le premier est consacré au poème de Paul Eluard "Liberté"
Le deuxième, un hommage à Charlie et à tous les morts des attaques terroristes.
Le dernier, un espoir, une suite, on n'arrête pas, nulle part de crier la liberté de s'exprimer, la liberté de pensée, la liberté de chanter dans toutes les langues "Die Gedanken sind frei" - Les pensées sont libres.

Et d'abord, une fleur rouge de liberté:
Fleur rouge liberté - Photo: lfdd

Voici donc, en texte et en paroles de Paul Eluard, une ode à la "Liberté":


Liberté

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert

Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom
Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon

Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore

Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages

Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes

Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés

Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume

Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux

Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte

Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée

Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir

Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.





Pour rendre hommage à Charlie et aux autres, une chanson du fils de Cabu, Mano Solo: "La Liberté"





Et pour finir,un grand salut au geste des artistes alsaciens (entre autres Roger Siffer, Jean-Pierre Schlagg et Michel Reverdy) qui en très peu de temps ont rassemblé des chanteurs et commédiens qui chantent dans toutes les langues "Die Gedanken sind frei" - Les pensées sont libres.

En voici le texte:

Die Gedanken sind frei, 
wer kann sie erraten, 
sie fliehen vorbei, 
wie nächtliche Schatten. 
Kein Mensch kann sie wissen, 
kein Jäger sie schießen, 
es bleibet dabei: die Gedanken sind frei! 

Ich denke was ich will, 

und was mich beglücket, 
doch alles in der Still, 
und wie es sich schicket. 
Mein Wunsch und Begehren 
kann niemand verwehren, 
es bleibet dabei: 
die Gedanken sind frei! 

Und sperrt man mich ein 

im finsteren Kerker, 
das alles sind rein vergebliche Werke; 
denn meine Gedanken zerreißen 
die Schranken und Mauern entzwei: 
die Gedanken sind frei! 

Drum will ich auf immer den Sorgen entsagen, 

und will mich auch nimmer mit Grillen mehr plagen. 
Man kann ja im Herzen stets lachen 
und scherzen und denken dabei: 
die Gedanken sind frei!
"Die Gedanken sind Frei"


En attendant la version "alsacienne", je vous en offre plusieurs versions :

Interprété par Hannes Wader:

 


Par des choeurs traditionnels




Un très belle interprétation par Judith von Hiller:



Par les Fischer-Chöre



par Freddy Quinn (pour faire plaisir à un fidèle lecteur)




Et pour finir, par Heike Makatsch:

 


Cette version me renvoie à un (ou plutôt deux) dessin(s) de Tomi Ungerer, le premier qui illustre son livre de mémoires "Die Gedanken sind Frei":




Et pour la "Liberté de Pensée", un autre dessin de Tomi Ungerer illustrant un article sur "Peut-on penser quand on est mort?"



Je trouve assez original et toujours dans la veine du hasard surprenant que ce dessin de Tomi Ungerer avec la pensée (découvert par hasard) renvoie à un passage du tout premier texte de la Fleur du Dimanche, le 20 février 2011 (quatre ans déjà) qui parlait de la pensée ainsi:
* Pensée:  Activité de l’esprit – Idée, opinion -  Fleur considérée comme l’emblème du souvenir.
    A venir encore le clip "Die Gedanken sind frei" de lundi .. dont vous pouvez en voir l'enregistrement par France3 Alsace ici:
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2015/01/16/en-exclusivite-les-premieres-images-du-clip-pour-ne-pas-oublier-charlie-634394.html

Et voici la vidéo finale - merci à tous les artistes et pour la réalisation à Gabriel Goubet et pour la direction musicale à Michel Reverdy:


Bon dimanche

Le Fleur du Dimanche

lundi 12 janvier 2015

Le Ciné du Lundi: Et si on se payait un polar ?

En matière de polar, vous avez le choix entre un polar français, un américain, un canadien ou un coréen... 

Voici les bandes annonces:

L'Affaire SK1 de Frédéric Tellier

"L’ Affaire SK1" de Frédéric Tellier par GQFrance


Un très bon "policier", qui n'oublie pas que les flics sont aussi des êtres humains avec des familles.
Rapahël Personnaz est impecable (bien dirigé) dans le rôle du flic qui veut absolument arriver à démasque le tueur et Nathalie Baye très bien dans le rôle de la juge... C'est la juge qui est à l'origine de la volonté de Frédéric Tellier de faire ce film.


A  Most Violent Year de J.C. Chandor. 


A Most Violent Year - Trailer [VO] par Filmosphere


Le film, "A Most Violent Year" est lui, plutôt un film policier américain. Ecrit et réalisé par J. C. Chandor; il présente d'uen manière originale l'année 1981, année la plus meurtrière à New York, vue sous l'angle du combat d'un chef d'entreprise qui commercialise du fuel, et se retrouve face à des menaces violentes de mystérieux adversaires. Son épouse, interprétée avec brio par JEssica Chastain, dont le père est lié à la mafia arrivera-t-elle à le soutenir ou plutôt le "dévier" de son "droit chemin"? 
Belle surprise finale!  

Captives d'Atom Egoyan

CAPTIVES - BANDE ANNONCE 


Le film d'Atom Egoyan, traite du kidnapping d’une jeune fille et de son enfermement avec une réflexion sur les nouveaux outils de communication (internet et la vidéosurveillance). Cependant toute la réflexion sur le crime, l'enfermement, la surveillance, la perversité se perd un peu dans un éparpillement qui ne n'arrive pas à se concentrer sur un sujet (est-ce la maladie de tous ces outils de communication? On aurait aimé une meilleure maîtrise que nous lui connaissions plutôt que de se perdre entre la proie et l'ombre...   

Hard Day de Kim Seong-hun

HARD DAY - Bande-annonce 


Enfin concernant le film de  Kin Seong-hun, il s'agit d'un film très nerveux, plein de rebondissement et d'humour, qui s'essoufle un peu sur la fin, mais le tableau qu'il brosse de la corruption de la police en Corée du Sud est Hénaurme ! 


A vous de choisir (je vous donnerai mon avis plus tard)

La Fleur du Dimanche

dimanche 11 janvier 2015

JesuisCharlie, JensuispasCharlie, Jenesuispasunslogan ou Je pense, donc je suis.....

Etre ou ne pas être Charlie,  c'est une question... Mais il ne faut pas charr(l)ier.... La réponse n'est pas aussi simple... 
La preuve, toutes les réactions dans la presse*, sur la blogosphère et les réseaux sociaux*. Comment garder sérénité dans cet emballement et ces secousses qui nous parviennent et nous touchent, parce que forcément, d'une manière ou d'une autre cela nous touche....

Alors, en face de cela un moment de silence, un rameau rouge de feuilles et pointu d'épine:

Rameau rouge piquant - Photo: lfdd

Je ne vais pas commenter l’actualité, elle a été tournée et retournée dans tous les sens  depuis quelques jours. Chacun a son opinion et un slogan ne va pas brusquement vous faire changer d’avis..
Mais, si "Je pense, donc je suis" je ne me satisfait pas d'un slogan qui me force à n'être plus qu'un mot "Charlie", et j'essaie d'une part de savoir ce que cela peut signifier, d'autre part ce que je ressens dans cette situation, ensuite ce que je peux faire à mon niveau pour "réagir" et avancer, enfin essayer de voir, à l'avenir ce que cela nécessite comme actions - à différents niveaux, au mien, mais aussi au niveau de nos responsables et des différents services et organisations de ce pays (et des autres) pour y remédier.



Des événements tragiques se sont déroulés contre lesquels il faut s'indigner et se battre, sans se tromper d'ennemi et sans en favoriser l'émergence de nouveaux. 
Alors, rendons hommage à ceux qui se sont battus pour la liberté d'expression et en sont morts et soutenons ceux qui continuent de se battre et blâmons l'assassinat.

Clématite - Photo: lfdd

Ensuite, il y  à l'avenir, construisons-le ensemble en essayant de comprendre ce qui s'est "réellement" passé et faisons le nécessaire pour éviter que cela se reproduise. La réponse est autant dans ce que nous ferons à notre niveau que dans la recherche des vraies causes (quels sont les véritables coupables-instigateurs, quels sont leurs motivations, leurs objectifs) et comment s'en défendre.

Clématite - Photo: lfdd

Je vous propose un éclairage très intéressant qui prend un peu de recul, c'est une interview de Boris Cyrulnik.
Je vous conseille de bien regarder les 8 premières minutes qui analysent les causes et les conséquences - et l'inscription dans l'Histoire - de ce type d'événement et, à partir de la minute 18, pour connaître les "deux dangers face à cette tragédie" - "Se taire" et "En parler": "Deux mauvaises solutions"... - Alors que faire? 
Ne loupez pas vers la sixième minute son analyse de Facebook, en parallèle avec "la pensée paresseuse de toutes les théories totalitaires".




Et donc reprenez à la minute 18.
Et comme le débat, c'est aussi la polémique*, soyons polémique et ayons de l’humour, mais ne nous satisfaisons pas d’un seul slogan « On se lève tous… ».

Donc, pour l'humour, je vous renvoie au post de mercredi "Je suis Charlie" (qui peut aussi signifier je marche avec Charlie devant moi!) que je complète avec des dessins-hommages venus d'un peu partout, et en particulier trois auteurs-artistes alsaciens: Catherine Meyer, Raymond Piela et Tomi Ungerer,

Pour conclure provisoirement, trois remarques ou sujets de réflexion:
- Comment répondez-vous dans un débat (par exemple dans les écoles) où l'on vous dit que la religion ne permet pas de représenter (dessiner) Dieu ou le prophète?
- Nous sommes en France, mais nous ne sommes pas isolés - encore récemment des journalistes ont été tués ailleurs et ou sont emprisonnés (et pas seulement eux)
- Cette semaine au Nigéria, plus de 2000 personnes ont été massacrée par des fanatiques...

Pour conclure une parole entendue sur les ondes ...: 
"La parole humaniste n'est pas très entendue en ces temps de chaos"


Bon Dimanche

La Fleur du Dimanche

mercredi 7 janvier 2015

Je Suis Charlie

En cette journée noire 
pour la liberté de la presse 
et la liberté d'expression, 
La Fleur du Dimanche exprime son soutien 
aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo
et de tous ceux qui sont horrifiés
par cet acte barbare. 

#JeSuisCharlie


Nous sommes Charlie - Nous sommes atterrés




Dernier dessin de Charb


Dessin de Cabu

Dessin de Wolinski


Hommage à Charlie Hebdo


Hommage à Charlie


Hommage à Charlie


Hommage de Charlie à Charlie


Hommage de Charlie à Charlie


Hommage de Charlie - Catherine Meyer


Hommage de Charlie - Raymons Piela


Hommage à la liberté de presse - Tomi Ungerer

Nous sommes tous des Charlies et chaque Charlie est unique

La Fleur du Dimanche 

lundi 5 janvier 2015

Le premier film de l'Année: Fidelio, l'Odyssée d'Alice, la "Marin" de Marseille

Courez-y avant qu'il ne soit trop tard, c'est le premier film de Lucie Borteleau, mais quel film ! Et quels acteurs ! Ariane Labed, autre nom à suivre..

L'actrice, née à Athène de parents français, d'ailleurs installée à Athène, troue le film de sa beauté lumineuse. Elle a déjà remporté en 2010 la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine à Venise pour le film grec Attenberg et là, pour Fidelio, l'Odyssée d'Alice, c'est le Prix d'interprétation féminine qu'elle remporte à Locarno en 2014.

Elle joue une femme-mécanicienne sur un bateau - le Fidélio du titre - où elle va aussi y porter l'habit d'homme comme le personnage de l'opéra de Beethooven. 
Et elle "veut tout" de la vie, de l'amour... 
Sur ce bateau, alors qu'elle vient de quitter son amoureux pour quelques longs mois, elle s'y retrouve, entourée d'hommes uniquement, et y retrouve un ancien amour, qui en est le capitaine, magnifiquement interprété par Melvil Poupaud, lui aussi solaire et lumineux.
Le film montre la vie à bord, toute en tension, en force et en désir. La réalisatrice Lucie Borteleau arrive magnifiquement à rendre cette atmosphère sur un bateau, l'ambiance, la salle des machines, la cabine de pilotage. 
La photographie est magnifique et les personnages ont tous une étoffe et une profondeur plus qu'humaine.
La question des sentiments, de l'amour, de la fidélité, de la vie, du deuil sont traités avec force et pudeur. 
Le désir et la sensualité, la beauté des corps sont merveilleusement rendus. La réalité, celle de la condition des marins, de leur sécurité et de leur exploitation ne sont pas occultés. 
Mais le film va plus loin, à en devenir une tragédie grecque presque  ou un roman de Marguerite Duras - Un hommage clin d'oeil est d'ailleurs rendu au Marin de Gibraltar. 

Si vous n'êtes pas encore parti le voir, la bande annonce devrait vous y aider:


Fidelio, l'Odyssée d'Alice

Bon Film

La Fleur du Dimanche

dimanche 4 janvier 2015

Treizième mois, 13 desserts: Mandarines, houx, clémentines et chansons à volonté

L'année est close, les fêtes sont passées et je vous offre tout à la fois le treizième mois et les 13 desserts en chansons, à ma façon.

Les Voeux vous les avez eus le premier de l'an, à vous de les réaliser, aujourd'hui page à part pour vous montrer que tout est possible, déjà que le houx peut avoir à la fois des fleurs mâles et femelles (il n'y a pas que les escargots...).


Houx en fleurs mâles et femelles - Photo: lfdd

En terme de fleurs, le suivantes ne son pas celles d'un citronnier:


Fleurs jaunes dans buisson - Photo: lfdd

Et celles-là ne sont pas des fleurs, ni du houx !

Feuilles rouges dans buisson - Photo: lfdd

Pour finir avec les fleurs, les voici pêchées dans un magazine, qui vont habiller ces dames - en tout cas celles qui l'oseront!


Robe fleurs 

Pour le TVA, nous allons passer au dessert, avec un poème de Rainer Maria Rilke qui danse l'orange, 


Dansez l’orange…

Retenez-le — ah, ce goût ! — qui s’échappe.
— Sourde musique : un murmure en cadence, —
Jeunes filles, vous, chaudes, jeunes filles, muettes,
du fruit éprouvé exécutez la danse !

Dansez l’orange. Qui peut oublier
comme de sa douceur se défendait le fruit,
en soi-même fondant. Vous l’avez possédé,
en vous exquisément vous l’avez converti.

Dansez l’orange. Ce pays plus chaud,
projetez-le : qu’elle rayonne, mûre,
dans l’air natal. Dévoilez, embrasées,

tous ses parfums, pour créer le rapport
avec l’écorce pure et rebelle,
avec le suc dont l’heureuse ruisselle.


Et continuer avec les mandarines, deux versions de "Prenez mes mandarines", une chanson de Lucien Boyer et René Sylviano de 1936, l'une chantée par Lyne Levers:





Et en complément, une version contemporaine - et live - de Ulrika Von Glott:



Et pour les clémentines annoncées, ces chères clémentines, deux versions celle du film de John Ford de 1946, "La poursuite Infernale" (My Darling Clementine) avec Henry Fonda et Linda Darnell.


D'abord la bande annonce: 



Et puis la scène du bal très touchante - et humoristique..




Et pour clore, une version du célèbre chanteur allemand Freddy Quinn:





Bonne année encore et bon dimanche

La Fleur du Dimancher

jeudi 1 janvier 2015

2015 - Bonne Nouvelle Année de Fleurs

Cela n'était pas encore imprimé*, mais voilà:

La Fleur du Dimanche souhaite une très Belle Année 2015 à tou(te)s ses ami(e)s fidèles ou infidèles, lectrices ou lecteurs de passage, régulier( ou ères - ou qui errent) ou irréguliers/lières.

A tous, et à toutes, une très belle Année, pleine de Bonheur, de Joie, de Santé, de Découvertes, de Rencontres et de Partage...

Et pour continuer sur la lancée je vous offre un détail** que vous pouvez voir comme un parterre de fleurs pour la nouvelle année:




Très Bonne Année 2015

La Fleur du Dimanche

* Pour ne pas vous laisser dans l'ignorance, le détail du Monde était un collage réduit qui disait de l'écrivain que ses "oreilles croient naïvement que tous les insectes appartiennent à un m^me essaim flou...". Méfiez-vous du copier-coller !

** Et concernant la photo ci-dessus, elle est bien "achevé d’imprimer" et affichée mais dans le détail on devine un (ou plein de) fleur(s) mais non ce n'en est (sont) pas...