dimanche 29 janvier 2012

La Fleur du dimanche mue


Pour ne pas devenir muette, la Fleur du dimanche mue et vous donne la parole.
Et non seulement le son, mais également l’image:

Lys blanc - Photo: Cathy Gangloff

J'en profite pour vous inviter à partager vos créations avec tous… si vous le voulez.
Envoyez-moi vos photos (de fleurs ou autres..) et vos mots qui font rire, réfléchir ou plaisir et je les offrirai aux lecteurs de Lafleurdudimanche.
Il suffira de me dire si vous souhaitez être cité (pour les photos ou textes produits), ou ne voir que vos initiales sur le site..
Voilà, c’est à vous et la tournée commence avec Cathy Gangloff qui nous offre sa photo de fleur (le magnifique lys ci-dessus).
Pour la partie TVA, j’attends également vos propositions  – certaines de vos remarques ou citations que j'ai reçues dans le passé peuvent très bien trouver leur place sur le site.


Par ailleurs, comme je parle également de cinéma, de sorties théâtre et autre, et d’exposition, je vous rendrai attentif à ce qui est nouveau sur le site et je commence par une annonce:

Spectacle:
Récital de chansons « coquines et canailles sur le zinc » par Geneviève Charras à la Salamandre - Strasbourg, 9 rue Paul Janet   – Krutenau. Jeudi 9 février à 20h30.

Cinéma
Lundi j’ai parlé de Sherlock Holmes à Strasbourg (avec photo du décor).

Expositions
Mercredi j’ai annoncé entre autres les expositions chez Bamberger et Gillig :

TVA:

Comme TVA du jour, un texte cité par Pierre Meunier, acteur et initiateur du spectacle "Du fond des gorges" qui sera joué au TNS à partir du 31 janvier. C'est un texte d'Ossip Mandelstam qui l'a inspiré pour son spectacle:

"Un mot, n'importe lequel, se présente comme un faisceau et le sens, au lieu de se concentrer en un point donné, se projette ans diverses directions. En prononçant "soleil", nous effectuons une sorte de voyage immense dont nous avons une telle habitude que nous le parcourons en rêve. Ce qui distingue la poésie de la parole machinale, c'est que la poésie justement nous réveille, nous secoue en plein milieu du mot. Ce dernier se révèle à nous d'une étendue bien plus vaste que nous ne l'imaginions, et nous nous souvenons soudain que parler veut dire: se trouver toujours en chemin."
Ossip Manselstam


Radar (Rémi Gaillard) par nqtv

Bonne route et bon dimanche

La Fleur du Dimanche

mercredi 25 janvier 2012

L'exposition du Mercredi: Black is Back... les Bêtes aussi ?

Je vous avais annoncé la semaine dernière trois nouvelles expositions et deux à venir en février. 


Celle de la Médiathèque Malraux verra son vernissage - si on peut le dire également pour une exposition peintures sous verre pas sage... - ce samedi.


Egalement samedi, la galerie Bamberger inaugure l'exposition "Black is Back" avec des estampes de Richard Serra et des sculptures en bois brûlé de Jhemp Bastin - vernissage samedi et dimanche.
L'exposition se tient jusqu'au 26 février.


Richard Serra - Paths and Edges - Galerie Bamberger 


Egalement samedi et dimanche verront le vernissage de l'exposition de la Galerie Gillig de l'exposition "Pas si Bêtes!" jusqu'au 3 mars... avec Maxime Acker, Candy Bougro, Jim Delarge, Julie Fischer, Elisabeth Frering, Mohamed Lekleti, Olivier Lelong, Pierre Matter, Eric Meyer, Renato Montanaro et Pascale Morin.


Thanatonaute - Olivier Lelong - Galerie Gillig
L'exposition est très riche et variée, entre les aquarelles d'Elisabeth Frering - je vous invite a bien regarder sa vidéo d'animation très réussie - les photos de Julie Fischer qui créent un univers étrange, la peinture "hallucinée" de Jim Delarge, les drôles de bestioles d'Eric Meyer, les oréilles de cochon(cf ci-dessus) d'Olivier Leleong, le trait "picassien" de Mohamed Lekleti, l'humour de Candy Bougro et de Pascale Morin, qui nous offre également une fleur sur son cochon mélancholique.


Mélancholie - Pascale Morin - Galerie Gillig




Et vendredi à la galerie Nicolle Buck, ne loupez pas les superbes photographies de Fantizek Zwardon - Zurma
L'élégie pour un monde qui disparaît.
A l'heure où l'on nous annonce de nouvelles exoplanètes dans l’espace - bonjour les voisins, cette "trace photographique" du peuple Surma, nos voisins sur la terre qui sont en train de disparaître et dont la mémoire va s'effacer est sauvegardée dans toute sa poésie et sa beauté dans les magnifiques photos de cet humaniste qui a posé ses bagages à Strasbourg.


Bonnes Expositions


La Fleur du Dimanche.





mardi 24 janvier 2012

Le Cinéma du lundi: l'Explosion de Strasbourg: Sherlock Holmes

Que reste-t-il après l'explosion inaugurale de Strasbourg dans le film de Sherlock Holmes, dont vous avez un aperçu dans la bande annonce ici?



Sherlock Holmes 2 : Jeu d'Ombres - Bande-Annonce

Rien ! Une première page d'un journal londonien et plus rien.
Alors surtout ne loupez pas le générique, sinon, si vous vouliez voir Strasbourg dans le film, c'était trop tard.
Et vous ne pourrez pas demander le remboursement du billet pour cette raison, comme l'ont fait quelques Anglais pour "The Artist" sous prétexte que le film était muet.
Mais en dédommagements, je vous offre la vue qui n'est pas dans le film  - et qui n'était d'ailleurs pas prévue puisqu'il s'agit d'une scène post-tournage: le rangement.


Sherlock Holmes - le décor après le tournage à Strasbourg - photo:lfdd
Le film démarre bien à Strasbourg, mais revient très vite à Londres, passe par Paris, l'Autriche et dans un fantastique château accroché à une montagne en Suisse situé au-dessus d'impressionnantes chutes d'eau - les chutes de Reichenbach, mais ce ne son pas elles et le château n'est pas un château réel*. 
En tous cas le rythme ne faiblit pas, même si nous avons droit à des vues visionnaires du grand Holmes au ralenti.


Il se passe dans les années 1870 (voir deuxième photo de décor) et l’enquête du célèbre détective est destinée à contrer les velléités de guerre initiées - dans le récit - par le Docteur Moriarty.


Sherlock Holmes - le décor après le tournage à Strasbourg - photo:lfdd


"Sherlock Holmes 2 - Jeu d'ombre" réalisé par Guy Ritchie avec Robert Downey Jr - un Sherlock Holmes bondissant, Jude Law - un Dr Watson "just married", Noomi Rapace, en voyante et Stephen Fry en frère du détective avec une scène "décoiffante", est un grand spectacle qui ne vous lâchera pas pendant deux heures et 7 minutes - et surtout ne ratez pas les premières....




* en tout cas ce n'est pas le Château du Haut-Koenigsbourg, un des monuments le plus visité en Alsace et même en France, qui servit de décor à Jacques Fortier pour une aventure de Sherlock Holmes dans son livre "Scherlock Holmes et le Château du Haut-Koenigsbourg" où il fait ressusciter Sherlock, justement après cette chute dans les chutes de Reichenbach.




Bon film


La Fleur du Dimanche



dimanche 22 janvier 2012

Explosion de la Fleur du dimanche

Vous vous y attendiez, voila que la fleur du dimanche explose:


Explosion d'un bouquet de jonquilles - Photo: lfdd


Bon dimanche


La Fleur du Dimanche

mercredi 18 janvier 2012

Nouvelle fournée d'expositions: ARTE, CEAAC, FRAC, Malraux, Syndicat Potentiel,...

Pour compléter les expositions déjà entamées ou finissant, dont j'ai parlé le 4 janvier, quelques dates à noter dans vos agendas.


Une nouvelle exposition vient de s'ouvrir dans les locaux strasbourgeois d'Arte.
Il s'agit de petites sculptures de Katsuho Nishikawa et deux toiles à l'étage. Un travail tout en poésie et en finesse que ceux qui l'ont vu au CEAAC à Strasbourg reconnaîtront. Il y a également 5 sculptures, appelées "Aqua"  installées depuis grâce au CEAAC dans les anciens bassins du parc de Wesserling. Si vous visitez l'écomusée du textile, faites un tour dans le parc.


Au CEEAC, démarre ce jeudi, l'exposition de Marta Carradec et de Anahita Ekmat dans l'espace international. 
On en reparlera, tout comme l'exposition autour de la peinture sous verre prévue à partir du 20 janvier jusqu'au 25 février à la Médiathèque André Malraux de Strasbourg.  


En février, le FRAC Alsace ouvre les festivités le 7 février avec le vernissage d' "Affinités, déchirures et attractions", une exposition collective avec Éric BAUDELAIRE, Clément COGITORE, Marcel DINAHET, Omer FAST, Stéphane GARIN et Sylvestre GOBART, Bertrand GONDOUIN, Jan KOPP, LA RIBOT, Émeric LHUISSET, Adrien MISSIKA, Frédéric MOSER et Philippe SCHWINGER, Jean-Luc MOULÈNE, Deimantas NARKEVICIUS, Till ROESKENS, Roy SAMAHA. Le Commissaire en est Olivier Grasser, le directeur du FRAC Alsace himself.
L'exposition dure du 8 février au 9 mars.

Et puis il y a l'exposition (C)RÊVE au Syndicat Potentiel avec Pierre Fraenkel, Vincent Schueller et Nicolas Zimny, du 9 au 25 février.


Bonnes expos


La Fleur du Dimanche

dimanche 15 janvier 2012

La re-naissance de la Fleur du dimanche ?



Jonquilles naissantes - Photo: lfdd


Le TVA: 
"le plus dur est le non-partage des choses qu'on aime"
Georges Haldas, cité par Albert Strickler dans son journal 2010 "La traversée des éphémères" le 2 juin.


Ma question:
A quoi sert la "Fleur du dimanche"?


Le contexte:
Renaissance ou fin ? Mort ou réincarnation ?
Tous les 6 mois, des questions existentielles m’assaillent sur cet exercice dominical qui n'a rien d'une grand-messe, même si j'aimerais quand même que tout le monde communie ou au moins communique.
Est-ce parce qu'on est près de la date anniversaire de la Fleur du Dimanche le 20 février 2011 - bien que le vrai début de la fleur du dimanche, et même du TVA, eut lieu avant(voir un bout d'histoire si vous l'ignorez ou l'avez oublié le 10 juillet)?
En tout cas je me pose des questions - et je vais vous en poser aussi - sur ces photos et ces textes que nous partageons.
Parce que l'essentiel est là, dans ce partage des choses que l'on aime, comme disait Haldas (à ce propos, il est des coïncidences intéressantes que je vais vous livrer plus bas...).


Jonquilles du lundi - Photo: lfdd


Vous le savez, faire cet "envoi" est un engagement personnel et prend du temps, et pour vous, le "recevoir" l'est également. J'en ai des retours et des remerciements, mais j'aimerais en savoir davantage sur ce qui vous plaît et ce qu'on pourrait en "partager" un peu plus...


Des éléments de réponse:
Quelques pistes que je lance seraient de vous rendre également acteurs/auteurs de ce moment de partage avec vos propositions et vos remarques.
J'ai déjà publié quelques-unes de vos fleurs, des textes (poèmes ou autres TVA), des remarques et retours,...
De manière plus globale, le Blog sur internet s'étant étoffé, je suis curieux de savoir si les sujets traités (cinéma, danse, théâtre, expositions, et autres..) vous intéressent et vous font réagir, et si cette réaction peut être partagée et amener "discussion".


Jonquilles du mardi - Photo: lfdd


Je ne vais pas creuser cela aujourd'hui, ne sachant pas dans quelle direction aller, mais j'envisage, en fonction de vos réponses (que j'espère nombreuses et constructives, à tout le moins explicatives dans ce qui VOUS motive) de vous proposer des pistes concrètes pour améliorer ce billet-blog.


Je compte sur vous pour avancer.


Et je remercie le hasard et Albert Strickler (ainsi que Martin Adamiec - vous saurez pourquoi bientôt) de m'avoir déjà donné première une réponse.


La première réponse:
J'avais annoncé dimanche dernier la présentation par Albert Strickler* de son dernier journal "La traversée des éphémères" journal du Tourneciel 2010 à la Librairie Kléber ce samedi, et je m'y suis bien sûr rendu.
Après une introduction par Jean-Paul Klee, Martin Adamiec lit une sélection de ce journal - le choix est très intéressant et sa lecture est superbe, la prose d'Albert appelle d'ailleurs l'oralité - et tout à coup, daté du 2 juin, un extrait du Journal que je vais vous livrer me parle totalement:


"Envie - plus que tentation d'ailleurs - d'arrêter ce Journal. De laisser délibérément tomber la maille qui déferait ce tricot. Pire - ou mieux? - ne la laisser tomber que dans ce but-là! Sans même prétexter le passage à un autre chantier ni espérer enfin me reposer. Au contraire, me résigner à cette inaptitude! Comme si je n'avais plus rien à dire....." Le texte continue et je vous encourage à le découvrir... 
Bien que je ne me compare aucunement (ni dans les enjeux, ni dans le style) à Albert Strickler, le questionnent me parle et la première réponse, en la citation de Haldas me plait - même s'il ne faut restreindre ces "choses qu'on aime" à ce qui est publié ici et le "partage" à cet échange électronique.
Quelques jours plus tard et pages plus loin, une deuxième citation de Lambert Schlechter complète la mosaïque de réponses (auquel j'espère aussi coller la vôtre):


"Ma Librairie, j'écrirai peut-être le poème de toute cette dinguerie livresque qui se bouscule ici autour de moi. Je vis pour et avec ces piles et liasses de papier. C'est une manière d'être, une façon de vivre. Mais tout ce papier, c'est tout sauf du papier qui n'est que précaire et friable support de l'immense murmure qui s'amoncelle à travers les siècles: les voix figées en de petits signes de tous ceux qui n'ont pas su, pas pu se retenir de formuler: soustraire le langage à son essentielle fugacité en l'épinglant au bout d'un instrument pointu sur une surface lisse pour en faire du texte. Aere perennnius - trace sublime de notre dérisoire et furtif passage sur cette planète, de notre superbe et indécourageable protestation contre le temps et la mort."
Lambert Schlechter


Bon dimanche et bonne lecture


La Fleur du Dimanche


*Si vous avez raté cette présentation et que vous souhaitez entendre parler Albert Strickler de son journal, rendez-vous le 25 janvier à 20h00 à la Médiathèque de Marlenheim. Il n'y sera pas seul, Gabriel Schoettel discutera avec lui et Anne-Marie Soulier qui, elle n'a pas publié le journal qu'elle tient depuis bien longtemps et invitation est faite à quiconque de lire son propre journal.

jeudi 12 janvier 2012

Danse ou théâtre : "Gina" la Diva ou "Observer" l'invisible

En terme de sortie à Strasbourg et environs, je vous propose une alternative franco-allemande ... Ou plutôt la Franco-Suisse.


A Strasbourg, au TNS vous avez jusqu'au 22 janvier pour aller voir la pièce de Bruno Meyssat "Observer" qui vous offre un vrai voyage dans la mémoire d'Hiroshima comme vous ne l'avez jamais vu.
Vous en aviez un peu (ou beaucoup) oublié l'histoire, la troupe de Théâtres du Shaman, partie en exploration sur le site va vous faire revivre cette catastrophe arrivée par la volonté de l'homme.     
Laissez-vous emmener dans ce voyage vers l'indicible et documentez-vous pour ne pas - plus- oublier. Pour vous y aider, voici quelques textes - morceaux choisis...


Tout d'abord, un témoignage d'un habitant d'Hiroshima, Keiji Nakazawa: "Des gamins de mon âge avaient fait l’école buissonnière le 6 août. Trouvant la canicule trop insupportable, pour s'enfermer dans une classe, ils étaient allés se promener au bord de la rivière qui se déverse dans le fleuve Ota. Ils se baignaient, chahutaient lorsque survint leur maître. En le voyant, ils plongèrent et restèrent au fond le plus longtemps possible. Quand ils remontèrent à la surface, le paysage était transformé, le maître était calciné,tout noir au bord du chemin." Ce texte, extrait de "J'avais 6 ans à Hiroshima" rend compte de ce que peu ont vu, certains en ont eu les yeux brûlés, et l'équipe de Bruno Meyssat est retourné à Hiroshima pour en retrouver les traces. 
Bruno Meyssat raconte:
"J'ai parcouru la ville en tramway et à pied. j'ai expérimenté combien on est étonné d'être là, d'arpenter une ville si normale construite au-dessus d'une ville absente. Le sol, en dessous est celui de 1945, les pierres sur lesquelles sont posés les rails du tramway actuel sont les mêmes. Le temps a résorbé un invisible qui atteint là des proportions gigantesques, mais il y a eu contact. On ressent physiquement la disparition. D'autant plus que le Musée nous emporte dans un temps aboli. Des objets et des matières inertes ont vu ce que nous ne pouvons concevoir ou nous représenter."
Pour en faire l'expérience, le spectacle "Observer" vous permettra de vous approcher de cette sensation et l'expositions d'objets rapportés d'Hiroshima vous montrera les objets qui ont "vu" ce "saut dans le vide de l'humanité". vous avez jusque'au 22 janvier, au TNS.


Gina - Eugénie Rebetez
En face, à Offenbourg, une coproduction du Maillon et du Külturbüro d'Offenbourg à la Reithalle à Offenbourg - oui, le spectacle a lieu à 40 minutes de Strasbourg, voyage en bus gratuit à réserver au Maillon - jusqu'au vendredi 13 janvier - Gina d'Eugénie Rebetez.


Le spectacle oscille entre le cabaret, tour de chant, spectacle comique et même danse classique. C'est un one woman show de presque un heure où Eugénie Rebetez que l'on a vus dans des spectacles de Zimmermann et de Perrot nous présente, sans presque une parole, sa réflexion de femme face à son corps un peu imposant. Elle interpelle le spectateur avec ces mots qui sont sur son programme: " Regardez-moi sinon je n'existe pas. Je danse pour me sentir vivante... Je ne sais pas si j'ai le corps que je devrais avoir mais j'ai appris à travailler avec ce coprs...".
En tout cas elle nous interroge face à la ce qu'on a l'habitude de voir  - normalité - sur scène et c'est drôle et émouvant à la fois.


Bons spectacles


Le Fleur du Dimanche

mercredi 11 janvier 2012

Femmes, fleurs, papillons, le cosmos et la mort

Suite des expositions - et vernissages - à Strasbourg de ce début d'année.


Comme annoncé la semaine dernière, la galerie Quedar ouvre les hostilités avec "Femmes, femmes, femmes", 16 femmes-artistes epxosent dans cette galerie qui est en train de grandir. Il  le faut pour accueillir tout le monde... Le vernissage, ce soir - 11 janvier verra du monde sur le quai (des bateliers) et je vous en reparlerai sûrement.


Et l'exposition "originale" de la semaine, car se passant hors galerie, c'est "Nature et paysage: points de vue contemporains" au Lycée Sainte Clotilde au 19 rue de Verdun à Strasbourg avec des oeuvres de la collection du Frac Alsace, de Roger Dale et des élèves du lycée. J'en ai déjà parlé la semaine dernière (avec la liste des artistes exposés) et je vous en offre un avant-goût avec une oeuvre d'Anne Ferrer "Fleur à trois étages de pétales", 1999 Aquarelle sur papier nuage Collection Frac Alsace


Fleur à trois étages de pétales - Anne Ferrer - Coll. Frac Alsace


Cette exposition est l'occasion de présenter le fonds du Frac Alsace dans le cadre d'une opération "la collection hors-les-murs", dont une vidéo de Pia Rönicke (vidéogramme ci-dessous):

Outside the Living Room, 2000 - Pia Rönicke - Coll. Frac Alsace
Il y a des fleurs - pas que sur les murs - et des paysages, également des travaux d'élèves sur lesquels il faut se pencher de près, tout comme l'oeuvre de Pétra Werlé, sous sa cloche (en référnce au lieu d'acceuil?).


Femme couverte de fleurs devant Adam Adach - Photo: lfdd 

Synocccygen a déjà verni et l'expo "Rêves de Papillon" voit plutôt des pierres qui volent (Laurent Reynes) et des ailes de voitures (Junning Xue) sur papier japon... Vaut le coup d'oeil...
Si vous êtes dans la rue du Faubourg de Pierre, faites un saut à Appolonia, le vernissage de l'expo "L'ironie et la mort II" - dont la première partie était remarquable - aura lieu vendredi 13 avec des oeuvres de Hervé Bohnert, Joël Desbouiges, Claude Gagean, Dimo Garcia, Thibault Honoré, Matthieu Messagier, Pascal Poirot, Jean-Pierre Sergent, Sylvie Villaume, Bertrand Vivin, et des oeuvres africaines.



Vendredi également, vernissage de l'exposition "Cosmic Ray" à la Chaufferie et de Jean-Daniel Salvat "Du support à la surface" à la Galerie Radial Art contemporain et ... finissage de l'expo vidéo au Maillon dans la cadre de Regionale 12 avec Accélérateur de Particules..


Et jeudi, ne ratez pas le vernissage de Francis Marshall à la Galerie Ritsch-Fisch.


Sinon, vous n'avez pas encore raté l'expo Thrill, elle est - à priori - prolongée jusqu'au 26 février... Ce n'est pas encore annoncé sur leur site.. mais ils ont jusqu'au 15 janvier pour réagir..


Bon, il vous (nous) reste des choses à voir.. 


Belles expos


La Fleur du Dimanche


Et si vous voulez la liste complète rendez-vous sur la page de mercredi dernier:
http://lafleurdudimanche.blogspot.com/2012/01/les-expositions-strasbourg-et-environs.html

lundi 9 janvier 2012

Un bilan d'un an - ou presque - de lundi de cinéma

Il parait que l'année dernière a été une année formidable pour le cinéma - curieusement alors que c'est la crise et que tout le monde télécharge et regarde chez soi sur son petit écran d'ordinateur - honte à vous!


Pour changer cela, je vous invite à éteindre votre ordinateur, dès que vous aurez lu ce petit mot , à sortir de chez vous et à courir au cinéma pour voir les 5-6 films de l'année dernière qui n'ont pas battu les records au box office.


Bon, pas obligé de les regarder à la suite, ni de faire le voyage vers la capitale parce que les  films ne passent pas au ciné du coin. Mais soyez attentifs quad même, ils risquent de repasser parce qu'ils sont bons et qu'un film, quand il est bon, devient en quelque sorte un classique et repasse. Alors ne le loupez pas!
Bon, bref, lesquels voir, si vous ne les avez pas déjà vus?


Pour ma part, je vous conseille les cinq films sans lesquels 2011 n'aurait pas été une bonne année de cinéma - sans classement:


Le Gamin au vélo le film des frères Dardenne, toujours très justes avec leur regard sur les problèmes d'adolescents et une idée de l'éducation.

Tomboy de Céline Sciamma, qui pose la question de ce qu'on voit, en tant que spectateur et de ce que l'on est - ou voudrait être, comme "être humain", même quand on n'a pas dix ans.

Habemus Papam de Nanni Moretti, dont le personnage principal se pose aussi des questions de choix de vie, et qui nous offre de beaux moment d'humour tendre. C'est un film qui, lui, interroge les spectateurs qui, par ricochet, interrogent internet avec ce rébus "habemus papam histoire vraie"??

Une séparation d'Asgar Farhadi, joue sur ce qui est montré en nous demandant d'être très attentif comme spectateur. De plus, sans lourdeur, il nous dépeint une situation politique et sociale à travers ce film aux allures de policier qui n'oublie pas de parler de sentiments et de confiance.

Pater d'Alain Cavalier, dernier de la liste des sorties 2011 est un petit bijou de film sur ce que peut être ou devrait être un film et qui montre que la politique, vue sous un angle "brêve de comptoir", n'est pas aussi anodine qu'il n'y parait à première vue...  très utile en cette période pré-électorale...  


Bons films et bon "Cinéma"


La Fleur du dimanche

dimanche 8 janvier 2012

Taraxacum regarde en arrière



Après les voeux, le regard en arrière.... Alors Taraxacum va se retourner, se pencher sur 2011.


Eh oui ! Vous ne l'aviez peut-être pas encore remarqué, mais la Fleur du dimanche, de chaque dimanche, et même de chaque jour est une Taraxacum officinale: un vulgaire pissenlit - appelé ainsi pour ses vertus diurétiques...

Taraxacum officinale - Photo: lfdd







C'est également un stimulant des fonctions digestives.
Pour le TVA, sachez qu'on lui donne aussi une valeur oraculaire.
Il faut souffler sur l’aigrette pour savoir si l’être aimé pense à vous: s’il reste des soies, c’est que l’on pense à vous.
On peut aussi souffler sur l’aigrette en faisant un voeux. Si toutes les soies s’envolent d’un seul coup, le souhait se réalisera.
L’autre signification du pissenlit est la fidélité.
Alors, restons fidèles....
En tout cas, vous l'êtes, et de plus en plus..


Petit retour sur 2011:


Regard sur l'art hier - Paris Photo 2011 -  Photo: lfdd


L'image est symbolique puisqu'elle me permet de jeter ce coup d'oeil en arrière sur l'année et de faire un bilan de presque un an de messages fleuris et taxés d'un peu de culture.


C'est d'ailleurs la culture qui sort gagnante du palmarès des visites de l'année.


Sur plus de 3300 visites - et dire que j'ai failli arrêter à mille et une en juillet ! - l'essentiel des visites est allé à l'expo emblématique de Francis Alÿs à Bâle avec sa collection de copies du tableau "perdu" de Jean-Jacques Henner exposés par le Schaulager au Musée historique et dont j'ai parlé le 4 mai sur la page L'expo du mercredi : Fabiola - la peinture retrouvée.
La preuve: tapez "Alys + Fabiola" dans Google et vous verrez!

Suit de très près la page consacrée à St-Art le 22 novembre, St'Art: Start dans 3 jours.

On peut presque mettre St-Art en première position, sachant que, pour l'occasion, il y eut deux autres pages, le jeudi 24 et le samedi 26 novembre, bien vues elles aussi... Comm quoi, l'Art vous regarde ! Alors, embarquez-vous dans le calendrier 2012 avec le programme fourni - dans les deux sens di terme mercredi dernier ici: Les Expositions à Strasbourg et environs en ce début 2012



En troisième et quatrième position, deux pages du dimanche - enfin: 

Coquelicot rouge et mouton bleu, du 3 juillet 2011 et 

Curieusement, c'est ce jour que j'ai également photographié le pissenlit "offert" en introduction du jour... 
La boucle est bouclée.... 

Pour finir ce rappel, il faut noter que la page du 10 juillet annonçant la fin du blog: 1001 Fleurs du dimanche: c'est fini qui a été bien vue, est maintenant loin derrière, comme le palmarès de l'époque (rappel):
N° 1: La Fleur Poisson d'Avril est éclose
N° 2: La Fleur Bleue côté Jardin
Celle sur les expositions du CEAAC: L'expo du mercredi: Trois au CEAAC de Strasbourg, ex N°3 arrive maintenant en sixième position et celle consacrée à Pierre Gangloff à la Ferme Bleue reste dans la course en N°10. Bien !

La première page du blog, celle du 20 février 2011: Naissance d'une Fleur, ex N°5, a elle aussi disparu du palmarès..


Pour finir, quelques satisfactions qui font chaud au coeur:

Ce sont les visiteurs qui arrivent sur le site en cherchant des artistes - Balkenhol, Gangloff, Greiner,  Moser, Stefan, Engelmann, Abtey, Clément Montolio, Olivier Nottellet, Francis Alÿs, etc...

C'est le lien créé entre "Poésie" et Jean Hans Arp ainsi qu'avec Albert Strickler - qui présentera son journal 2010: "La traversée des éphémères" à librairie Kléber le 14 janvier à 15h00 - ce même jour Ambroise Perrin et Iréna Tatibois - autre ;-) clin d'oeil d'amitié - présenteront "Il faut marie Maria", sur un personnage connu en Alsace sous le nom de Maria Leszczynska, Princesse de Wissembourg,
et celui entre:
"humour alsacien" - quelquefois "noir" ou du "dimanche" et les dessins d'humour (noir) de Raymond Piela.

Et ce sont aussi les cinq films essentiels de 2011, à savoir:
Habemus Papam pour lequel plus de vingt visiteurs sont arrivés en se posant la question "habemus papam histoire vraie" ??
Le Gamin au vélo avec la recherche sur les problèmes d'adolescents au cinéma,
"Tomboy" qui traite d'un âge plus précoce,
Une séparation d'Asgar Farhadi, un film très intelligent, comme
Pater d'Alain Cavalier, très utile en cette période pré-électorale...  



Tout ceci justifie un peu de temps passé pour écrire tout cela...


Alors, un dernier TVA d'humour, non alsacien, mais noir et du dimanche:
Il s'agit de l'épitaphe de (1872-1956), humoriste et critique culinaire français réputé, surnommé «le prince des gastronomes» qui a pour Épitaphe sur sa tombe:

"Ci-gît Curnonsky. 
Mort de la tombe voisine, 
Veille sur tes pissenlits. 
Il te mangerait les racines."

Bon dimanche

La Fleur du Dimanche

mercredi 4 janvier 2012

Les Expositions à Strasbourg et environs en ce début 2012


La semaine dernière nous avons fait un tour des expositions dans le triangle sud de l'Alsace, à Strasbourg et environs, nous démarrons l'année avec pas mal de nouvelles expositions.
Il vous reste quelques jours pour aller voir les expositions que vous n'avez pas eu le temps d'aller voir pour cause d'achats de Noël et je vous comprends. Alors dépêchez-vous!
A la Galerie Bamberger, jusqu'au 7 janvier, allez voir Jean-Marie Haesslé.
Nous attendons avec impatience la prochaine exposition consacrée à Richard Serra - du 29 janvier au 25 février.
Bertrand Gillig, expose Clément Montolio dont j'avais bien apprécié les aquarelles et en "guest artists": Elisabeth Fréring et de Marjolein Van Haasteren - artiste néerlandaise présentée lors de St-Art - jusqu'au 14 janvier.
Ne loupez pas Thill dont j'ai parlé le 25 novembre et qui semble plaire, même si des questions demeurent - à vous de juger...
Une "somme", c'est l'exposition "L'Europe des Esprits ou la fascination de l'Occulte" au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg. Comptez une bonne demi-journée pour la visite et de préférence, faites-en une visite guidée, étant donné les multiples lectures des oeuvres.
N'oubliez pas l'anniversaire de Tomi Ungerer dans SON musée, mais également à la Maison de la Région - Tomi et ses collectionneurs - jusqu'au 27 janvier, et à la galerie Kivior pour les dessins pour adultes.


Et pour lancer l'année 2012 sur les chapeaux de roues, cela commence chez Synoccygen, l'association culturelle sino-française, où l'on ne quitte pas le thème du papillon, déjà vu lors de la dernière exposition avec la nouvelle: Rêve du papillon, avec Laurent Reynes et Junning Xue et dont le vernissage est le 5 janvier.
Une nouvelle tendance à la Galerie Quedar - 6 quai des bateliers à Strasbourg, c'est l'exposition "Femmes, femmes, femmes" à partir du 10 janvier avec 16 artistes femmes dont certaines n'ont pas été exposé depuis quelques temps, nous sommes curieux de voir le résultat et irons voir les oeuvres de:
Ewa BATHELIER - Myrtille BEAL -  Claire-Marie BROLLYDanièle CENKI  - Limin CHEN - Eliane CIBIEL - Annie GREINER - Louise FRITSCH Cathy GANGLOFF - Edith HOF - Angèle MISS  - Pascale MORIN - Susan RAUCH - Laurence SCHEER - Daniele SCHIFFMANN Vinca SCHIFFMANN.


Autre exposition un peu "décalée", c'est “Nature et paysage: points de vue contemporains”, au Lycée Sainte Clotilde - 19 rue de Verdun à Strasbourg avec des oeuvres de la collection du Frac Alsace - Adam ADACH, Philippe COGNEE, Anne FERRER, Philippe LEPEUT,Olivier MASMONTEIL, Gabriel MICHELETTI, Pia RÖNICKE, Peter RÖSEL, Petra WERLE et comme artiste invité Roger DALE avec en parallèle les travaux des élèves des classes de Prépa Arts appliqués et d’Arts Plastiques. C'est Catherine Meyer, artiste et enseignante qui vous y invite du mercredi au vendredi de 14h00 à 17h00, du 12 janvier au 16 mars. Belle initiative de rencontres et de croisements.
La galerie Ritsch-Fisch n'est pas en reste, car elle vernit aussi le 12 janvier, suivie de près par la Chaufferie le 13 avec Juan Aiziparte pour l'expo Cosmic Ray.
Egalement le 12, et seulement le 12, sinon vous la ratez, l'exposition au FRAC Alsace à Sélestat, L’Amour du risque - installation, vidéo, photographie, sculpture, performance - de 9 étudiants de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg qui ont participé au séminaire No Name avec les équipes du Jardin des Sciences, de l’Université de Strasbourg, du CNRS et du Frac Alsace.


Bonne année d'art et bonnes visites


La Fleur du dimanche.

P.S. En complément, je vous fais un calendrier des expos et le lien vers les textes si j'en ai parlé:

STRASBOURG


Galerie La Chambre
Sylvi Simon - Filmatruc en construction
jusqu'au 22/01/2012

Galerie Chantal Bamberger
Jean-Marie Haesslé
jusqu'au 07/01/2012
Richard Serra - du 29/01/2012 au 25/02/2012

programmation non communiquée

Clément Montolio + invitées: Elisabeth Fréring et Marjolein Van Haasteren.
Jusqu'au 14/01/2012

programmation non communiquée

Galerie Radial Art Contemporain 
Jean-Daniel Salvat " du support à la surface"
Vernissage vendredi 13 janvier à 18h00
jusqu'au 26/02/2012

Tomi Ungerer

programmation non communiquée

Galerie Pascale Foessel
programmation non communiquée

Francis Marshall - Château de la solitude
Vernissage le 12/01/2012

Galerie Yves Iffrig
programmation non communiquée

Galerie Quedar6 quai des bateliers - 67000 Strasbourg
"Femmes, femmes, femmes" à partir du 10/01/2012

Ancienne Douane 
Thrill - texte ici Jusqu'au 15/01/2012


CEAAC

Samuel Rousseau

Jusqu'au 12/02/2012




Juan Aiziparte - Cosmic Ray

vernissage vendredi 13 janvier 2012

Espace Appolonia
L'art de l'irrévérence
du 03/02/2012 au 13/03/2012

Lycée Sainte Clotilde, 19, rue de Verdun à Strasbourg
Nature et paysage: points de vue contemporains
du 12 janvier au 16 mars

Synoccygen
Laurent Reynes et Junning Xue
Vernissage jeudi 5 janvier 2012 - jusqu'au 12 févier

L'Europe des Esprits
jusqu'au 12/02/2012

Tomi et ses Maîtres
jusqu'au 19/02/2012


BAS-RHIN 


FRAC Sélestat
L'Amour du Risque 
jeudi 12 janvier de 18h à 21h

Galerie d'Art La Paix - Sélestat

Art & vins -  Nicolas Ungerer et Aurélie Bentz
Vernissage le 7 janvier 2012 à partier de 18h00
jusqu'au 05/02/2012

Musée Würth - Erstein
Eclats - Le Verre contemporain
jusqu'au 04/03/2012

Musée de l'Imagerie Populaire - Pfaffenhoffen
Noël et les images
Jusqu'au 08/01/2012 

Musée Lalique - Wingen sur Moder
Jusqu'au 15/01/2012


HAUT-RHIN


CRAC - Altkirch
Partenaires particuliers 
jusqu'au 29/04/2012


Musée Unterlinden - Colmar
Sous les tilleuls, les modernes - texte ici
jusqu'au 19/02/2012


Espace Malraux - Colmar
Dominique Angel - Paysage
jusqu'au 12/02/2012


Lézard - Colmar
Ghislène Chajaï - A nos corps défendants 
vernissage la 6 janvier
jusqu'au 18/02/2012


Kunsthalle - Mulhouse
Remise en jeu - dans la cadre de Regionale 12
jusqu'au 12/01/2012


FRANCHE-COMTE


Le 19 à Montbéliard
Partis pris avec Klaus Stöber - Léa Barbazanges - Nicolas Schenider - Odile Liger - etc..
à partir de 20/1/2012 - vernissage à 17h00


PARIS


Galerie Jean Brolly - 16 rue de Montmorency Paris 03
Daniel Schlier 
vernissage le 7 janvier 
jusqu'au 11/02/2012  
Günter Umberg 
du 18/02/2012 au 17/03/2012 - "Territorium n° 18"


ALLEMAGNE 


Musée Frieder Burda - Baden-Baden
Anselm Kiefer - voir texte ici
Jusqu'au 15/01/2012


Museum für Neue Kunst - Fribourg en Brisgau 

Julius Bissier - voir texte ici



SUISSE


Fondation Beyeler - Riehen
Le Surréalisme à Paris  - voir texte ici
Louise Bourgeois jusqu'au 08/01/2012



Kunstmuseum Basel - Bâle
Paysages de Max Beckmann - voir texte ici