dimanche 27 mai 2012

La réponse est dans la question - il suffit de lire - ou de regarder

Dimanche dernier, je vous demandais de regarder, et de lire.
Je sais , c'est compliqué, on n'a plus le temps de s'arrêter pour regarder, même les mots écrits. 
Alors, on passe à côté de la réponse...
Donc, pour faire la pose  - la pause - voici des églantines qui vous regardent, ébouriffées:


Eglantines ébouriffées - Photo: lfdd


Elles vous regardent comme les fleurs de houx vous regardaient la semaine dernière, mâles et femelles. Et avez vous vu le jeu de mots: où - houx ? Où est le mâle? Le mâle est fleur de houx!
Facile, mais pour le sexe, c'est un peu plus dur... Mais cherchez bien et tâchez de trouver sans trop tâtonner...


Pour patienter, une fleur d'osteospermum (?), et puis le TVA:


Osteospermum  - Photo: lfdd


La question était un réponse, le TVA du jour va tourner autour de la question et de la réponse et de leur différence:


Maurice Blanchot disait:
"La réponse est le malheur de la question."
Paulo Coelho, lui, constatait:
"J'ai toujours tenté de trouver une réponse à la fameuse question: qui suis-je? Et je n'essaie plus. Ce n'est plus une question, c'est une réponse: je suis."
Georges Wolinski, dit sagement:
"La vraie question c'est: "Comment profiter de la vie au maximum?" La vraie réponse, c'est: "En évitant de se poser les vraies questions!"



Et pour conclure, laissons la parole à François Lyotard, dans son livre "Pourquoi philosopher?":
"La vérité que la parole philosophique vise explicitement, elle la manque; et c'est pour autant qu'elle est à côté de ce qu'elle dit, qu'elle parle à côté, qu'elle est vraie."


Qui croire ou quoi croire ??


Bon dimanche de Pentecôte - fête de la (des) langue(s)!


La Fleur du Dimanche

dimanche 20 mai 2012

Où est le mâle? - Quelle est la question ?


Vous avez remarqué que ces derniers temps je vous donne des réponses à des questions que vous n'avez pas posées et que je vous pose des questions où la réponse est difficile - les deux le sont d'ailleurs. Mais nous n'allons pas céder à la facilité, les temps étant durs!


Alors, en même temps que je vous offre - par l'entremise d'Anne qui les a faites et soufflé la question - ces superbes photos, je vous offre la possibilité d'y répondre:
Quel est la fleur mâle et laquelle est la femelle et de cette fleur, quel en est le nom?


Fleur mâle ou femelle? - Photo: Anne W.


Cela se corse:


Fleur mâle ou femelle? - Photo: Anne W.




Vous avez trouvé, ou pas? je vous offre le TVA de service:
Vous avez aimé l'anacholute, vous allez adorer l’anantapodoton...


C’est une variété d’anacoluthe - voir le 17 mai: Anaphore ou Anacoluthe  - qui consiste à omettre l’un des termes d’une expression alternative dans une phrase. Des exemple tirés de Paul Valéry et de Ronsard:
« Pour les uns, c’est un grand homme, mais ça se discute. »  - On attend toujours les autres... 
« Les uns, dirait-on, ne songent jamais à la réponse silencieuse de leur lecteur. » - Je vous entends... - d'autres auraient dit: "Je vous ai compris".


« Ainsi je cours de course debridée
Quand la fureur en moi s’est desbordée...
Elle me dure ou le cours du soleil,
Quelquefois deux, quelquefois trois... »
Ronsard


Pour terminer, je vous offre une anacholute en forme d'anantapodoton sous la forme d'une devinette, expression de l’humour alsacien:
"Quelle est la différence entre une cigogne?"


Bon dimanche


La Fleur du dimanche

jeudi 17 mai 2012

Anaphore ou Anacoluthe - De quoi cette fleur est-elle le nom ?

En ce jour d’Ascension, une fleur blanche, dont je ne connais le nom:

Fleur blanche - Photo: lfdd

A vous de jouer!

En TVA du jour, une phrase de Victor Hugo qui illustre le titre:

"Partout l’image idée, partout la pensée fleur, partout les fruits".

Ceci est une anaphore, mot que vous avez peut-être entendu récemment, remis au goût du jour par un certain François Hollande dans son débat télévisé d'entre deux tours, lors d'une tirade de trois minutes vingt.
Si vous voulez en savoir davantage, allez sur la page de Rue89, où l'article de Daniel Schneidermann "« Moi, président... », l’étrange anaphore de Hollande" vous explique en situation et en images cette figure de style: "Répétition d’une même expression ou d’un même mot en début de phrase ou de vers".

Chez Victor Hugo, il s'agit d'un texte sur Shakespeare où il dit:
"Vous voici dans le resplendissant jardin des Muses où s’épanouissent en tumulte et en foule à toutes les branches ces divines éclosions de l’esprit que les grecs appelaient Tropes, partout l’image idée, partout la pensée fleur, partout les fruits, les figures, les pommes d’or, les parfums, les couleurs, les rayons, les strophes, les merveilles, ne touchez à rien, soyez discret. C’est à ne rien cueillir là que se reconnaît le poëte. Soyez de la société de tempérance."


Et l'anacoluthe, me direz-vous? Non ce n'est pas un serpent, vous l'aviez deviné, mais c'est aussi une figure de style qui commence par "ana", mais ne finit pas par culothe. C'est la figure qui, par rupture de construction syntaxique de la phrase, provoque un effet de surprise. L'exemple vous le connaissez, c'est du Pascal:

"Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé

Allez bon pont de l’Ascension (à 40 jours du WE Pascal).

La Fleur du Dimanche

,

dimanche 13 mai 2012

Tarte aux fraises ou dopamine ? Gourmandise ou bonheur ?

Le lecteur est imprévisible et comblé...
Le lecteur lit ce qu'il veut, et encore... 
Le lecteur, surtout sur internet, lit des choses bizarres...


Exemple en trois points:
Le bizarre - et le hasard - ce sont tous les liens que tisse internet et même l'écrit.


Je vous l'illustre en direct:

Fraises - Photo:lfdd


La deuxième devinette de dimanche dernier, s'est transformée en fruit sur le marché:


Marché aux fruits - fraises - Pghoto: lfdd


Même si ce ne sont pas des fraises des bois, qui, elles se sont transformées en tarte dans Libération du vendredi 11 mai, avec la belle photo d'Emmanuel Pierrot illustrant l'article de Jacky Durand: "A l'aise, fraises". Et la recette de la fraise Mara qui sort du bois!


A l'aise, fraises - Photo: Emmanuel Pierrot 


Vous avez été nombreux/euses à aller aux fraises et à taquiner la brimbelle - ou myrtille sauvage- mais la groseille du jardin vous a laissé sans voix.
Je vous donne donc en prime la définition de l'expression argotique du terme "groseille à maquereau" dans le dictionnaire de "Bob" (la version argotique du "Petit Robert"?) : 
"Groseille : Demoiselle, dame
Groseille à maquereau(x): Femme ayant de nombreux amants ; femme qui a des caprices amoureux:
la groseille à maquereau, la mistonne à béguins. Celle-là sait où trouver les hommes, les gros et les beaux, et ce n'est pas loin d'ici ; mais il y a les jours. Il faut les savoir."


Ceci était le point : on lit ce qu'on veut... qui nous amène au point deux:


On est content de répondre, de donner son avis. Alors ne nous privons pas: Quelle est cette fleur ?


Fleur du dimanche - Photo: lfdd


Pour la question du titre qui vous turlupine - si vous l'avez lu - il fait référence à une étude de chercheurs de Harvard citée par e-alsace et qui tend à prouver que le fait de donner son avis génère du plaisir, et qu'avec internet, les gens passent de 30%-40% dans la vie réelle à 80% à donner leur avis litéralement" pour leur plaisir. Donc n'hésitez pas à vous exprimer, vous avez une super plateforme....


Fleur du dimanche - Photo: lfdd


De manière implicite, je me demande, en faisant mon autocritique, c'est si ce n'est sous une forme cachée que je parle de moi ici? A vous de me donner votre réponse en trouvant les noms des fleurs...


En tous cas, et j'arrive au troisième point (ouf), j'espère, que je ne vous envoie pas des leçons de bonheur tels que notre philosophe régionale  - en tout cas, c'est comme cela que je la considère depuis longtemps, et c'est comme cela qu'elle s'est qualifiée aussi - Huguette Dreikaus.


Elle parle ce samedi dans les DNA de la béatitude à l'âge d'internet et de facebook où tout le monde s'envoie des "scuds bien-pensants" en concluant:



"Comme dirait Confucius : « Si vous n’arrêtez pas de dire à Marie que Dukan fait maigrir, Marie finira par comprendre que vous la trouvez grosse ».
Si vous n’arrêtez pas de prédire le bonheur autour de vous, les gens finiront par comprendre que vous les prenez pour de sinistres ratés »."


Allez, une dernière fleur:


La Fleur du dimanche - Photo: lfdd


Bon dimanche.


La Fleur du Dimanche

jeudi 10 mai 2012

C'est tout vert - c'est ouvert - Ce sont les ateliers à la campagne ou presque...


L'intérêt des ateliers ouverts, c'est de rencontrer des artistes, de parler de leur travail et, quelquefois... de visiter des appartements...


Ce que je vous propose pour ce WE, le dernier des Ateliers Ouverts, c'est de visiter des jardins, ou presque.


Vous avez biens sûr fait votre choix d'artistes ou d'ateliers qui vous parlent ou vous interpellent, je vous en propose une nouvelle lecture sous le signe de l'atelier buissonnier.


Le premier, qui m'a été "soufflé" par Geneviève Munch, et dont j'ai parlé la semaine dernière, est l'Atelier du Verger à Saint-Nabor, au pied du Mont Saint-Odile, on ne peut plus au pied, puisu'il donne sur la forêt qui y monte.
Dans le verger qui donne son nom à l'Atelier, il y a des peintures sur calque de Geneviève Munch qui reprennent le jardin en abime et des oeuvres d'Isabelle Gass-Mazzuchelli.
Une en particulier qui est un hommage à Joseph Beuys que je vous laisse découvrir et dont une part vous sera peut-être confiée par l'artiste - qui sait?
Vous y verrez aussi son travail sur les herbiers qu'elle avait exposé à Haguenau.


Le deuxième est l'atelier, presque voisin du premier, celui de Suzanne Rauch à Barr et qui accueille René Weber, Louis Danicher, Stéphane Wittmann et Benoit de Carpentier
Il est dans une ancienne usine et très vert également, avec quelques animaux sauvages qui s'y promènent


Le troisième, un peu plus loin de Strasbourg, au sud de Colmar, au pied des châteaux d'Husserren les Trois Châteaux, ce sont, entre autres les cousins domestiqués des sangliers de Suzanne Rauch que vous pourrez voir chez Jean Riedweg, avec un piège qui vous accueille dès l'arrivée.
Ayez le courage de rentrer, vous verrez que son humour vaut son trait de plume ou de gravure.


Si vous voulez pousser jusqu'à Mulhouse, allez voir l'exposition d'Anne-Sophie Tschiegg au Musée des Beaux-Arts - vous pourrez également voir son atelier à Strasbourg et pour visiter les ateliers, suivez le guide d'Elisabeth Itti ici:
http://elisabeth.blog.lemonde.fr/2012/05/07/petit-florilege-du-week-end-des-ateliers-ouverts/




Si vous restez sur Strasbourg, vous avez des ateliers semi à la campagne, c'est au Bastion - là vous avez le choix, je vous conseille Fantine Andres qui exposera au Jardin de la Ferme Bleue prochaînement et qui nous dessine des "viandes", des culottes et autres objets  extraordinaires - Elle fait également de la céramique.


Vous avez du même côté, près de l'autoroute la Semencerie et l'atelier-appartement de Gretel Weyer et Sébastien Gouju avec les éditions "Ergastule" au 28 rue de la Broque à Strasbourg.
A la Semencerie, pas mal de choses intéressantes et une "Installation nomade et mobile en espace confiné" non annoncée dans la cave de Nico Wintz en sous-sol.




Près de l'Allemagne, vous avez les ateliers de Daniel Depoutot, Meyer (frères) et Dominique Kippelen ou encore à Zone d'Art, près du Pont du Rhin - ne loupez pas l'embranchement - avec les artistes du Faisan et leurs voisins et invités: Germain Roesz, Sylvie Villaume avec Elham Etamadi (avec qui elle a réalisé quelques dessins en duo) et Jeremy Couvez, Didier Guth, Claude Gagean, Marie-Pascale Engelmann, Bettina Walter, Benoit Timborn et d'autres...
Didier Guth nous précise le chemin "malgré les chantiers Zone d'art est toujours joignable: il faut tourner à droite au dernier carrefour avant le pont sur le Rhin (après le cirque), le parcours est indiqué avec de petites flèches jaunes."



En y allant, visitez l'"Atelier du photographe" François Nussbaumer avec Christine Colin, Marie-Pascale Engelmann (encore elle!) et Brigitte Paradon, et pas loin, Suzana Jaczova.


Et si vous vous sentez un âme curieuse et intrépide, vous pouvez même traverser la frontière après pour rendre visite à nos artistes voisins d'Allemagne...


Vous pouvez également aller au nord de Strasbourg et voir l'exposition de Dominique Starck à la Galerie "A l'Escalier" à Brumath et on magnifique jardin (on y revient...).


Pour toutes les infos sur les Ateliers ouverts, c'est là:
http://www.ateliersouverts.net/


Bonne visites, bonnes découvertes et bonnes rencontres.


La Fleur du Dimanche 


P.S. Tant que vous êtes de sortis de la ville, allez voir l'exposition de Marie-Paule Lesage qui expose à l'Etappenstall à Erstein (vernissage ce vendredi à 19h00) avec Maren Ruben.
Mais si vous restez à Strasbourg, allez voir les performances de Pierre-Louis Aouston et Geneviève Charras, ainsi que Grégory Huck et Irina Losseva et Greg Baiotto à 20h00 chez Laura Martin au 1 rue du Marais Vert (réservation indispensable au 03 88 32 59 59) ou ici:
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=306399806106328&set=a.141224729290504.38389.100002089331147&type=1&theater

mardi 8 mai 2012

Fleur de Hollande avec Eclats de Lumière

En ce 8 mai, la Fleur du jour est une fleur de Hollande:

Tulipe du jour - Photo: lfdd


Une majorité de Françaises et de Français ayant choisi la tulipe... même la ville de Colmar a fait un arc-en ciel de tulipes.


Arc en Ciel de Tulipes à Colmar - Photo:lfdd


Et ils avaient même des Tulipes Noires prémonitoires*...


Tulipes Noires de Colmar - Photo: lfdd


* Voir Wikipédia qui résume ainsi le roman d'Alexandre Dumas:
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Tulipe_noire_(roman)

"En 1672, le peuple de Hollande renverse la république des frères Jean et Corneille de Witt pour rétablir le stathouderat et le confier à Guillaume III d'Orange-Nassau. Indifférent à ces événements politiques, le filleul de Corneille de Witt, Cornélius van Baerle, ne songe qu'à confectionner une tulipe noire, pour laquelle la Société Horticole de Haarlem a promis une récompense de cent mille florins (voir « tulipomanie »). Son projet sera contrarié par l'accusation de trahison qui pèse contre lui et par les stratagèmes d’un voisin envieux, Isaac Boxtel. Cependant, l’espoir de voir cette quête aboutir renaîtra avec la rencontre de la belle Rosa."


Et comme vous avez un peu de temps aujourd'hui, regardez le film suivant jusqu'au bout, deux minutes, il montre que pour être créatif, il faut laisser du temps au temps.






Bon 8 mai


La Fleur du Dimanche

dimanche 6 mai 2012

Les Fleurs portent des fruits à venir

Petit retour sur les semaines passées.
D'une part pour vous dévoiler les vrais noms des fleurs que je vous avais offertes - merci à votre collaboration efficace.
A vrai dire, je suis très heureux que la Fleur du Dimanche ait un tel écho - dans le sens où d'une part, vous me répondez en en voyant qui des fleurs, qui des noms de fleurs, qui des commentaires. Alors, c'est à vous:

Fleurs du jardin d'Anne - devinette - Photo: Anne W.

Et nous commençons par une devinette : Quel est le nom de cette fleur ?


La réponse aux question précédentes - du dimanche 29 avril - est dans l'ordre, à faire confirmer par les experts ou propriétaires:

Chef de gare: Chaîne des coeurs (Ceropegia woodii).
Plante grasse: sédum probablement sedum album (il faudrait le voir en fleur) 
Fleur jaune du Japon : Corête du Japon  (Kerria japonica) sur fond de cognassier du Japon (Chaenomeles japonica)

Et celles du 22 avril:
Muscaris: muscaris double "Blue spike" sur fond de muscaris simple "muscaris botryoïdes"
Les jonquilles sont en fait des narcisses, probablement des narcisses jaunes (narcissus pseudonarcissus) 
La fleur tournante est d'après sa tête très probablement une euphorbe mais comme il y en a 2 300 sortes, on va lui garder son nom (dixit Béatrice) (:-)


Béatrice qui nous dit aussi "J'aime beaucoup le muguet, lié à la fête du travail. C'est une plante hautement toxique...comme le travail ? Ironie des symboles."


Cela m'amène au TVA du jour (avant la suite des devinettes...).


"La trajectoire d’un élu politique en France répond à deux lois simples: on se présente à une fonction pour préparer sa candidature à la fonction suivante; lorsqu’on est élu à la fonction supérieure, on conserve la fonction antérieure de manière à éviter qu’un « intrigant » ne vienne reproduire à vos dépens le parcours que vous venez de réussir. D’où l’obsession de cumuler les mandats."


Qui a dit cette phrase de circonstance ?


Et pour continuer sur la lancée du jour, une suite de devinettes imagées: quelles sont ces fleurs qui vont donner de beaux fruits?


Fleurs en devenir de fruits - devinette - Photo: lfdd
 Et celles-là?


Fruits à venir - devinette - Photo: lfdd


Allez, bon dimanche et votez quand même, si ce n'est pas déjà fait...


La Fleur du Dimanche 

mercredi 2 mai 2012

Quand j'entends le prix d'un Munch, je pousse un cri.

Le seul "Cri" d'Edgar Munch encore en liberté - les 3 autres sont dans des musées en Norvège - vient d'être vendu à un acheteur anonyme par le collectionneur norvégien Petter Olsen. L'acheteur l'a payé 119.92 millions de dollar - 91 millions d'Euros - après des enchères qui n'ont duré que douze minutes.




Ce "Cri", un pastel de 1895 est ainsi devenu l'oeuvre d'art la plus chère vendu aux enchères.


Si vous ne pouvez pas vous payer ce Munch, je vous conseille de visiter l’atelier de Geneviève Munch, à l’Atelier du Verger à Saint-Nabor, lors des ateliers ouverts, ces deux Week-ends qui se présentent.
Vous aurez le choix d'oeuvres plus abordables, des aquarelles de fleurs et de jardins sur papier calques qui fleuriront vos intérieurs.


Elle n'est pas la seule à ouvrir son atelier, vous en aurez la liste sur le  site dédié, ici:
http://www.ateliersouverts.net/


Bonnes visites


La Fleur du Dimanche

mardi 1 mai 2012

Où est le muguet de l'an passé ?


En ce premier mai, je ne vous offre pas de muguet. En tout cas pas en direct, comme l'année dernière, ce premier jour de mai ne verra pas le muguet. Tout simplement que je ne suis pas allé en forêt chercher le muguet sauvage que je vous ai offert le 13 avril 2011.

Comme il fleurit toujours, le voila:

Où est le muguet de l'an passé ? Photo passée 















Et en prime, une superbe fleur offerte par Christine, la fée des jardins qui nous offre son Herbe à Robert..... Comme c'était sa fête hier, il partage avec tous.


Herbe à Robert - Photo: Christine H.



En TVA du jour, une citation d’Eric Chevillard, blogeur qui est cité dans une œuvre d’art – sans la référence – d’Eric Monnier exposée chez Yves Iffrig à Strasbourg :

« Ecrire c’est mordre dans la vie au futur antérieur. J’écris, j’aurai vécu. »




Bon défilé

La Fleur du Dimanche