mardi 26 septembre 2017

Musica et Barbara: Une histoire d'amour avec l'homme en Habit Rouge

Musica et l'accordéon c'est une vieille histoire d'amour...
C'était la première année, avec tous les accordéoniste d'Alsace qui jouaient du Nord au Sud pour célébrer la rencontre des fanfares et de la musique contemporaine.
Trente quatre ans après, l'accordéon s'invite sur la scène de la Cité de la musique et de la danse de Strasbourg pour célébrer l'amour d'un accordéoniste et d'un grande dame brune dont on célèbre les vingt ans de sa disparition.
L'accordéoniste, c'est un virtuose, Roland Romanelli qui, à quinze ans remporte la coupe du monde de l'accordéon et à vingt fait la rencontre de Barbara à la recherche d'un musicien qui pourrait l'accompagner en spectacle et qui va l'accompagner dans la vie un vingtaine d'année, d'abord comme musicien, très vite comme amant, puis comme arrangeur et compositeur. Puis, Roland Romanelli qui va exprimer ses doutes sur le spectacle Lily Passion, marque la rupture avec Barbara, rupture définitive. Mais pas dans la mémoire. Et cette mémoire, il la réactive pour nous avec Rébecca Mai, devenue sa femme et qui arrive à faire oublier qu'elle n'est pas Barbara. 


Musica 2017 - Barbara et l'Homme à l'habit rouge - Roland Romanelli - Rébecca Mai - Photo: lfdd

Parce que le spectacle, tendre et touchant raconte cette vie, d'amour, de création et de chanson à trois voix: Roland à l'accordéon et au piano qui nous conte, en dialogue avec Rebecca Mai, et, surgi de notre mémoire - et surtout de la mémoire auditive radiophonique, Barara qui prend place sur la scène, grande absente. Jean-Philippe Audin au violoncelle se fait discret complice de ces confession, où l'on va, de cette première rencontre aux séances d'écriture et de création, à quelques étapes de la vie de Barbara, suivre ce fil de vie, également avec les chansons qui l'ont marqué de "Le Bel âge" à "Ma plus belle histoire d'Amour", en passant par "Göttingen", "Nantes" "Gare de Lyon", "Drouot" et l'Alsace avec "Hop là" mais aussi "La petite Cantate", "A peine" et "Toi" pour finir dans un rappel "L'Aigle Noir" lors duquel une chorale "de la région" se levant comme un seul homme dans la salle a entonné les choeurs.


Musica 2017 - Barbara et l'Homme à l'habit rouge - Roland Romanelli - Rébecca Mai - Photo: lfdd

Un spectacle à la fois nostalgique mais aussi terriblement vivant et prenant.

Pour vous remettre dans l'ambiance, je vous invite à écouter quelques chansons - si vous n'en avez pas assez, rendez-vous sur mon billet du 10 septembre où je vous en proposais déjà quelques-unes.

Pour commencer l'histoire d'amour, un extrait du texte de Bel Age:
"... Il avait presque vingt ans
Et la peau si douce
cueillie du bout des dents
La fleur de sa bouche
Et j'ai feuilleté pour lui
Un livre d'images
Qu'était pas du tout écrit
Pour les enfants sages  ..." 


J'ai 

Et Hop là



Et pour finir, Toi, musique de Roland Romanelli:


.... À peine le jour s'est levé,
À peine la nuit va s'achever
Que déjà, ta main s'est glissée,
Légère, légère.
À peine sorti du sommeil,
À peine, à peine tu t'éveilles
Que déjà, tu cherches ma main
Que déjà, tu frôles mes reins.
...




La Fleur du Dimanche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire